Le Gifam inaugure un baromètre sur la durée de vie des appareils électroménagers

Le Gifam inaugure un baromètre sur la durée de vie des appareils électroménagers

le 29 novembre 2021
Partager sur

Le Gifam vient de dévoiler son baromètre sur la durée de vie des appareils électroménagers. Le groupement de fabricants en fera un rendez-vous bisannuel. À l’heure où les études et baromètres de ce type prolifèrent, en quoi celui du Gifam se distingue-t-il ? Qu’apporte-t-il de différent ? Et sur quelles données se base-t-il ? Nous avons posé la question à Camille Beurdeley, déléguée générale du Gifam, et Damien Chicaud, directeur du département études et statistiques.

Le Gifam inaugure un baromètre sur la durée de vie des appareils électroménagers
« Jusqu’à présent, nous avions publié des études ponctuelles. C’est la première fois que nous publions un baromètre. Nous désirons en faire un indicateur fiable, mais surtout pérenne et récurrent. Nous voulions pouvoir suivre dans le temps l’évolution de la durée de vie des appareils électroménagers » déclare Camille Beurdeley. « Il y a plusieurs moyens de calculer la durée de vie. Mais jusqu’à présent, l’existant s’est beaucoup appuyé sur des études consommateurs. Cette méthode se base sur des données macro nationales » explique Damien Chicaud.

Ça n’est pas la première fois que le Gifam (le groupement des marques d’appareils pour la maison) dévoile des données sur la durée de vie des appareils électroménagers. Toutefois, il a décidé d’en faire un baromètre. En somme, un outil qui se veut élaboré à partir de données objectives, pour permettre aux consommateurs, aux distributeurs et aux fabricants de garder un œil sur la durabilité des équipements. Et peut-être d’alimenter, chiffres à l’appui, le débat sur l’obsolescence programmée dans l’électroménager…

 

8 appareils dont la durée de vie est scrutée sur 10 ans

Dévoilé à l'ocasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets, le baromètre du Gifam analyse la durée de vie de 8 appareils : quatre dans le domaine du petit électroménager – l'aspirateur traîneau, le grille-pain, la bouilloire et le sèche-cheveux - et quatre gros équipements, à savoir le lave-linge, le lave-vaisselle, le réfrigérateur et le four. Le baromètre analyse l’évolution de leur durée de vie sur 10 ans, de 2009 à 2019 pour le gros électroménager et de 2010 à 2020 pour le petit électroménager.
« Nous avons choisi des appareils emblématiques, très présents dans les foyers. De plus, par rapport à leur introduction sur le marché, ils présentent déjà une certaine stabilité, ce qui est nécessaire pour que les observations soient pertinentes » explique Camille Beurdeley. Elle cite comme exemples les aspirateurs robots ou même les aspirateurs balais, dont le marché n’est pas encore stabilisé. En les intégrant dans le baromètre alors qu’ils sont en cours d’adoption par les foyers, on risquerait d’observer des irrégularités « plus liées à des modes de consommation qu’à la résistance des produits en tant que telle ».
Quant à étoffer le baromètre en y faisant entrer d’autres produits, le Gifam n’exclut pas cette possibilité : « nous nous appuyons sur des données pérennes, que la filière collecte de manière régulière. Donc nous sommes en capacité de faire évoluer la liste de produits si on le juge nécessaire ».

Le principal enseignement de ce baromètre, c’est que la durée de vie des appareils est « particulièrement stable » et ce malgré l’évolution des usages, notamment sur les appareils de lavage.

Un baromètre qui s’appuie sur des données statistiques

Pour calculer la durée de vie des appareils électroménagers, le baromètre du Gifam s’appuie sur « des données statistiques fiables », en l’occurrence le parc d’appareils présents dans les foyers (données provenant de Kantar-TNS) ainsi que les données émanant de l’institut GfK sur les ventes annuelles d’électroménager en France. La durée de vie moyenne est obtenue en divisant le parc par le nombre de produits vendus annuellement.
Cette durée de vie s’étend de l’entrée de l’équipement dans le parc (donc le moment où il est acheté neuf) jusqu’à ce qu’il en sorte, même s’il est passé entre les mains de plusieurs utilisateurs, revendu d’occasion ou donné, ce qui fait partie de son cycle de vie.
En tant que directeur du département études et statistiques pour le Gifam, Damien Chicaud détaille la méthode utilisée : « ces chiffres prennent en compte la totalité du marché. Nous souhaitons nous adresser à l’ensemble des consommateurs, quelles que soient la provenance et la marque des produits. Pour les ventes, nous avons donc utilisé les données de GfK que nous avons même un peu extrapolées (avec une réflexion différenciée selon les catégories de produits). Et pour le parc, nous nous reposons sur l’étude historique du Gifam sur l’équipement des ménages aujourd’hui menée par Kantar (auparavant par la Sofres). Il s’agit de l’étude la plus conséquente qui existe ». Il précise également que des calculs ont été intégrés pour tenir compte de la présence d’appareils dans les résidences secondaires afin d’avoir une « approche totale ».
Finalement, la seule inconnue, concède le Gifam, c’est l’état des appareils au moment où ils sortent du parc. Au moment où ils passent à l’état de déchet, il n’y a aucun moyen de savoir s’ils fonctionnent encore.


Permettre au consommateur de trouver une information fiable

Le baromètre du Gifam naît à une période où les consommateurs sont littéralement ’’arrosés’’ de données concernant la fiabilité, la durabilité ou même l’empreinte carbone des appareils électroménagers.
Selon le Gifam, qui qualifie sa méthodologie de « relativement simple et indiscutable », ça n’est pas un problème tant que les méthodes sont « solides et sérieuses ». D’ailleurs, d’après le groupement, dès que les études sont réalisées avec sérieux, les durées calculées coïncident, même si quelques écarts minimes peuvent apparaître, principalement liés aux différences de méthodes.


Une durée de vie stable, malgré l’évolution des usages

« Notre étude TNS Sofres révèle que 88% des personnes qui possèdent un lave-vaisselle l’utilisent plusieurs fois par semaine (et 85% dans le cas du lave-linge). La fréquence d’utilisation s’accélère, notamment pour les appareils de lavage, mais cela n’a pas d’impact sur leur durée de vie, qui est stable » observe Camille Beurdeley.
Par ailleurs, par rapport à des enquêtes menées auprès des consommateurs, le baromètre fournit des données récurrentes comparables dans le temps. Grâce à cela, on pourra naturellement suivre l’évolution de la durée de vie des appareils, mais pas seulement. « Cela permet de rendre compte des mouvements de société, d’usages, de marchés, qui peuvent avoir un impact ponctuel. Et ça n’est pas pour autant que les produits sont de meilleure ou de moins bonne qualité. Il y a d’autres effets qui peuvent rentrer en jeu dans la durée de vie d’un appareil » remarque la déléguée générale du Gifam.
Par exemple, l’allongement de la durée de vie des sèche-cheveux coïncide avec la période du confinement. De la même manière, la durée de vie des aspirateurs s’allonge, ce qui est lié à la multiplication des équipements au sein des foyers (robots, balais...). Dans quelques années, il sera intéressant de voir si l’indice de réparabilité et les efforts menés pour favoriser la réparation portent leurs fruits et sont visibles dans le baromètre du Gifam.

En savoir plus
Equipement de la maison : le premium se vend mieux et principalement chez les spécialistes
Gros Electroménager : la production européenne comme une évidence
Partager sur
Les marques en campagne
A lire également
Cliquez ici
pour recevoir la Newsletter
OK

Quelle utilisation de votre adresse email ?


Neomag ne vous demande que votre adresse email afin de vous envoyer notre lettre d'information.

Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur le lien en fin de lettre, ou en nous envoyant un mail à contact@neomag.fr

Neomag s'engage à ne pas louer ni vendre ni céder votre adresse mail à une autre société.

La durée de vie de conservation de votre adresse dans nos fichiers est maximale, ne s'interrompant qu'à votre demande.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter nos mentions légales et la partie consacrée au respect du RGPD

Pour accepter de recevoir la lettre d'informations Neomag, merci de bien vouloir inscrire votre adresse mail.