Apple et Google interrogés par le Sénat sur le verdissement de leurs activités

Apple et Google interrogés par le Sénat sur le verdissement de leurs activités

le 21 octobre 2020
Partager sur

Une semaine après le dépôt au Sénat de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du numérique en France, Apple et Google ont été interrogés par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable sur l’incidence de leurs activités sur le climat et les ressources. Il y a notamment été question de renforcer la lutte contre l’obsolescence programmée, sanctionner l’obsolescence logicielle, ou encore d'allonger la durée de la garantie légale de conformité des produits numériques de deux à cinq ans.

Apple et Google interrogés par le Sénat sur le verdissement de leurs activités

Apple et Google ont chacun fait valoir les efforts de verdissement entrepris et les objectifs fixés pour les années à venir. Pour Apple, sa stratégie climatique est d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030 avec des objectifs de conception à faible teneur en carbone, d’efficacité énergétique, d’utilisation d’énergies renouvelables et de projets d’élimination et de captation du carbone. Pour Google, son récent engagement est d’alimenter l’ensemble de ses centres de données par de l’électricité 100 % décarbonée d’ici 2030.

La commission sénatoriale indique qu’elle ne peut que se satisfaire de la prise en compte croissante de l’urgence climatique et environnementale par les GAFAM. Néanmoins, les promesses ne suffiront pas à engager un tournant rapide et d’ampleur. Il faut qu’émerge une véritable régulation environnementale du secteur, seule à même d’empêcher la croissance fulgurante de l’empreinte carbone du numérique, qui pourrait passer de 2 % à 7 % en France d’ici 2040, si rien n’était fait. « Notre objectif n’est pas de condamner le numérique », a rappelé Jean‑Michel Houllegatte, co‑auteur de la proposition de loi visant à réduire l’impact environnemental du numérique en France, « nous pointons juste que si rien n’est fait, la part du numérique dans l’empreinte carbone de la France va augmenter considérablement avec la multiplication des données et l’explosion du nombre de terminaux et d’objets connectés ».

La question du renouvellement des terminaux numériques

À Apple, Guillaume Chevrollier, co‑auteur de la proposition de loi, a rappelé l’importance de limiter le renouvellement des terminaux numériques. La fabrication de ces terminaux représente 70 % de l’empreinte carbone du numérique en France. Renforcer la lutte contre l’obsolescence programmée, sanctionner l’obsolescence logicielle, ou encore allonger la durée de la garantie légale de conformité des produits numériques de deux à cinq ans sont autant de pistes évoquées par Guillaume Chevrollier, qui a rappelé que « la faible durée de vie des terminaux procède autant d’une obsolescence désirée écoulant d’une volonté des consommateurs de disposer des dernières technologies mises à leur disposition – que d’une obsolescence matérielle ».

Promouvoir des usages numériques écologiquement vertueux

L’audition de Google a été l’occasion de mettre en avant les principales recommandations de la commission du Sénat visant à prévenir l’augmentation des consommations et émissions des centres de données (engagements juridiquement contraignants auprès de l’Arcep ; éco‑conditionnalité de l’avantage fiscal existant sur la TICFE). L’accent a également été mis sur la nécessaire promotion des usages numériques écologiquement vertueux (interdiction du lancement automatique des vidéos sur les sites et applications, adaptation de la qualité des vidéos en streaming à la résolution maximale du terminal utilisé, écoconception obligatoire sur les sites des plus grandes entreprises...).

Partager sur
Les marques en campagne
A lire également
Cliquez ici
pour recevoir la Newsletter
OK

Quelle utilisation de votre adresse email ?


Neomag ne vous demande que votre adresse email afin de vous envoyer notre lettre d'information.

Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur le lien en fin de lettre, ou en nous envoyant un mail à contact@neomag.fr

Neomag s'engage à ne pas louer ni vendre ni céder votre adresse mail à une autre société.

La durée de vie de conservation de votre adresse dans nos fichiers est maximale, ne s'interrompant qu'à votre demande.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter nos mentions légales et la partie consacrée au respect du RGPD

Pour accepter de recevoir la lettre d'informations Neomag, merci de bien vouloir inscrire votre adresse mail.