Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Communiquer

French Days 2 : vous reprendrez bien une petite promo ?

Les French Days ont commencé le vendredi 28 septembre pour s'achever le 1er octobre 2018. Comme lors de la première édition d'avril, l'annonce faite  par le groupe des 6 initiateurs (Cdiscount, Boulanger, Fnac Darty, La redoute Rue du Commerce et showroomprivé.com) a été tardive. Et si d'autres distributeurs ont rejoint le mouvement, même Amazon a fait un geste, la multiplication des prix barrés peut légitimement poser la question de la notion de juste prix pour le consommateur...

Par Philippe Michel

 

On savait que  les soldes classiques étaient en phase descendante, voués à être réduits à la demande d'un gouvernement qui demandait d'ailleurs aux distributeurs de trouver d'autres voies de promotion. C'est d'ailleurs la genèse des French Days, annoncée dans un storytelling parfait, par les six enseignes à l'origine de la manifestation. Nous avions d'ailleurs analysé les retombées de la première édition (27 avril au 2 mai) suivie par plus de 200 distributeurs.

 

 

Les 6 enseignes à l'origine des French Days

 

Dans un communiqué commun, les 6 enseignes originelles ont d'ailleurs souligné les effets positifs des French Days 1 : " les French Days a aussi montré l’appétence des consommateurs pour les opérations de promotion saisonnières, en plus des deux rendez-vous classiques des soldes d’été et soldes d’hiver. Cette tendance du marché se confirme au 1er semestre 2018 :  la consommation en ligne a augmenté de 13,9 % par rapport à 2017, via des paniers moins volumineux et des achats plus fréquents (étude Fevad, septembre 2018)". Certains analystes ont toutefois tempéré l'enthousiasme des enseignes en rappelant que certains achats effectués lors des French Days auraient été faits plus tard (et donc manqueront dans les chiffres des semaines qui viennent). Nous pourrions ajouter que les soldes ont toujours fait augmenter la fréquentation et les ventes, car quoi de plus efficace qu'un bon prix barré. En revanche, le consommateur risque aussi de se demander pour  quelle raison il irait acheter un produit en période normale, à moins d'y être contraint.

 

Donc réponse à la baisse des soldes classiques, version française des Black Fridays, promotions spéciales destinées à équiper les familles à l’heure de la rentrée (version officielle), cadeau de rentrée... On peut trouver multitude de raisons qui ont poussé la distribution française à créer une énième période de promotions. A laquelle rappelons le tous pouvaient participer, ce qu'a même fait Amazon en offrant 10 euros pour 50 euros d'achats (mais pour seulement 48 h). Mais comme le démontre cette capture du site rueducommerce, on peut s'attendre à ce que les French Days reviennent en 2019, au printemps et à la rentrée...

 

place_holder
place_holder
place_holder