Biens techniques : les spécialistes tous unis pour rester ouverts

Biens techniques : les spécialistes tous unis pour rester ouverts

le 30 octobre 2020
Partager sur

Les magasins Darty et Fnac ouvrent leurs portes le vendredi 30 octobre, premier jour du deuxième confinement national. Ils sont rejoints par Boulanger mais aussi les groupements d'indépendants. Une décision logique selon les enseignes, qui vendent et réparent des biens essentiels pour le télétravail mais aussi la vie quotidienne.

Biens techniques : les spécialistes tous unis pour rester ouverts

""On vend des ordinateurs, des téléphones, de l'électroménager, tout ce qu'il faut pour télétravailler. On peut donc ouvrir. C'est autorisé". Tels sont les propos recueillis par Europe 1 qui a ce matin révélé l'information selon laquelle les magasins Darty et Fnac seraient ouverts aujourd'hui. Et peut-être les suivants..

Et en effet, en se rendant sur les pages des sites internet de Fnac et Darty, on découvre que les magasins sont ouverts ce vendredi. Idem sur le site de Boulanger qui indique en bandeau : chers clients, rassurez-vous, nos magasins restent ouverts." Sur les réseaux sociaux, les consommateurs comprennent cette décision d'ouvrir prise par les enseignes, à l'exception de la Fnac où beaucoup estiment que les libraires sont eux lésés. Sauf que le syndicat des libraires a obtenu finalement l'interdiction pour les grandes surfaces, qu'elles soient alimentaires ou spécialistes comme la Fnac, d'ouvrir leur rayon livres. Ainsi enrique Martinez, DG de Fnac darty, déclare : "face au constat de l’impossibilité d’une ouverture de l’ensemble des acteurs de la vente de livres, souhaitée et soutenue par la Fnac, et dans un souci de responsabilité, j’ai décidé la fermeture de l’ensemble des rayons culture de nos magasins Fnac dans toute la France à compter de demain matin et pour les prochains 15 jours."

Pour les biens techniques, que l'on appelle aussi l'électrodomestique, on entre en effet dans le champs d'ouverture autorisée :

- Commerce de détail d’équipements de l’information et de la communication en magasin spécialisé
- Commerce de détail d’ordinateurs, d’unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé
- Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé

Mais aussi "la réparation d'ordinateurs et de biens personnels et domestiques", et dans ce dernier terme on trouve également l' électroménager.

En attendant le décret réactualisant la liste des commerces autorisés à ouvrir, les catégories citées ci-dessus étant liées à l'arrêté du 15 mars 2020, la distribution spécialisée a donc décidé de rester ouverte. Et pas seulement les grandes enseignes intégrées, mais aussi la distribution indépendante et franchisée.

array(2) { ["main_picture_caption"]=> string(0) "" ["secondary_image_caption"]=> array(1) { ["a"]=> array(1) { [0]=> string(307) "Fr%C3%A9d%C3%A9ric+Jumentier+%28Findis%29%2C+Pierre+Thuillier+%28Pro+et+ADE%29+et+Michel+Vieira+%28MDA+Company%29%2C+qui+repr%C3%A9sentent+chacun+les+trois+principaux+groupements+d%26%23039%3Bind%C3%A9pendants+ont+une+position+commune+sur+le+sujet+de+l%26%23039%3Bouverture+du+commerce+des+biens+techniques." } } }
Frédéric Jumentier (Findis), Pierre Thuillier (Pro et ADE) et Michel Vieira (MDA Company), qui représentent chacun les trois principaux groupements d'indépendants ont une position commune sur le sujet de l'ouverture du commerce des biens techniques.

Unanimité chez les groupements de spécialistes

Pour Michel Vieira, Président de MDA Company, tout est clair:  "je suis pour l’ouverture de nos magasins. Aujourd’hui le texte de loi dit que les spécialistes vendant des ordinateurs et de la téléphonie peuvent rester ouverts. Et bien nous sommes des spécialistes. J'ajoute que tous nos univers sont indispensables, c’est la même chose pour un lave-linge, un réfrigérateur. On doit être ouverts et pouvoir assurer  le service après-vente."

Une position qui est aussi celle de Pierre Thuillier, Directeur Général du groupe Pro et Président de la Fenacerem : " lors du premier confinement, nous avions totalement fermé. Et au fil des jours, la pression des clients, qui voulaient acheter des équipements liés au télétravail et à la vie quotidienne,  est devenue très forte auprès de nos adhérents. On a donc ouvert nos plateformes et le gouvernement nous a dit : "vous pouvez car vous vendez des produits essentiels". J'ai donc décidé que cette fois, il n'y aurait pas de période transitoire de fermeture."

Le groupe Pro a donc incité, dans le respect des protocoles sanitaires, ses adhérents Pro et Cie mais aussi Gitem, à rester ouverts.

Une incitation partagée par Michel Vieira qui peut ouvrir ses magasins intégrés mais ne peut décider pour ses adhérents indépendants : " je pense que leur devoir est de rester ouverts, c'est un devoir même citoyen je dirais. Aujourd’hui, nous en sommes pas dans la révolte mais il n’est pas acceptable que les grandes surfaces et les plateformes de e-commerce puissent continuer à vendre de l’électroménager, alors qu’eux sont généralistes. C’est aussi une question de survie économique pour les artisans et commerçants de nos villages et petites villes, qui  n’ont pas tous les moyens de se digitaliser."

En ce qui concerne les plateformes, essentielles pour que les magasins puissent continuer à s'approvisionner, le gouvernement a autorisé leur ouverture. Les plateformes restent ouvertes. Michel Vieira déclare : "au premier confinement, nous n’étions pas équipés. Pour celui-ci, nous sommes équipés pour protéger nos personnels. Et puis en tant que grossiste, nous devons aussi avoir la possibilité de vendre les produits que nous stockons. C'est aussi une question de survie économique. Nos 15 plateformes sont ouvertes dans le respect des normes sanitaires" précise Pierre Thuillier.

Télévision, audio, électroménager doivent-ils être explicités en tant que « biens essentiels » dans les textes ?

« L’activité de Findis se poursuit évidemment, au service de nos clients, comme lors du premier confinement, et les consignes données à nos clients magasins sont les mêmes que celles données en mars, indique pour sa part Frédéric Jumentier, Président du Groupe Findis. A savoir le respect des gestes barrières et de la réglementation. Mais aussi mettre en avant leur capacité à faire du click&collect, de la livraison à domicile grâce à leurs sites de e-commerce, et bien sûr du dépannage…Ils se sont montrés extrêmement agiles et pertinents au début de l’année, cela a été reconnu par les consommateurs, ils sauront le faire encore cette fois, malgré la lassitude de ce second confinement. Nous les accompagnons aussi, comme toujours, dans leur communication digitale (campagnes d’information SMS, newsletters, réseaux sociaux) et dans le décryptage des aides auxquelles ils peuvent prétendre.
Il y aujourd’hui cependant un fait nouveau. Le premier confinement a montré à quel point il fallait considérer comme essentiels la télévision et l’audio en tant qu'outils d’accès à l’information pour des gens qui n’utilisent pas forcément internet. Et c’est notamment le cas pour certains des clients finaux de nos magasins de proximité. Ces derniers mois, on est allé un peu vite en pensant que digital était devenu aujourd’hui la seule source d’accès à l’information ! C’est n’est pas la réalité dans l’ensemble du pays. La télévision reste un média indispensable. Ajoutons également qu’à l’heure où les gens vont devoir cuisiner trois repas par jour, les appareils d’électroménager (froid et cuisson en particulier) doivent également être considérés comme des biens essentiels. Nous souhaitons donc, et demandons, à ce que ces « biens essentiels » - télévision, audio, électroménager - soient explicités dans le texte qui liste les activités éligibles à l’ouverture des commerces. »

Pour la distribution spécialisée, l'heure est donc à l'unité, unité pour faire comprendre au gouvernement qu'ils représentent des entreprises françaises, avec de nombreux salariés et patrons de TPE, distribuant des biens d'équipement essentiels pour l'habitat des Français. Et surtout, pour ne pas être clairement désavantagés par rapport aux grandes surfaces alimentaires et aux pure players généralistes comme Amazon, qui peuvent continuer à vendre ordinateurs, téléviseurs et aspirateurs...

 

En savoir plus
Aides aux entreprises et commerces : les nouvelles dispositions
Partager sur
Les marques en campagne
A lire également
Cliquez ici
pour recevoir la Newsletter
OK

Quelle utilisation de votre adresse email ?


Neomag ne vous demande que votre adresse email afin de vous envoyer notre lettre d'information.

Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur le lien en fin de lettre, ou en nous envoyant un mail à contact@neomag.fr

Neomag s'engage à ne pas louer ni vendre ni céder votre adresse mail à une autre société.

La durée de vie de conservation de votre adresse dans nos fichiers est maximale, ne s'interrompant qu'à votre demande.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter nos mentions légales et la partie consacrée au respect du RGPD

Pour accepter de recevoir la lettre d'informations Neomag, merci de bien vouloir inscrire votre adresse mail.