Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article
Derniers Entretiens
Fondateur et dirigeant d'EZI
Fondateur et Dirigeant du Groupe Ubaldi
Chef de Groupe Produits Cuisine Electrolux France
PDG de Schneider Consumer Group
Directeur de Division Sharp Home Appliances France

Agnés Van De Walle

Directrice de Samsung IT France

« Pour 2010, l’objectif de Samsung IT est d’atteindre un CA de 500 M°€ avec les produits informatiques »

A la tête d’une équipe de 80 personnes, Agnès Van De Walle dirige la Division IT de Samsung France. Troisième division de la filiale en termes de CA (344 millions d’euros en 2009) après l’EGP et la téléphonie, c’est celle qui connait actuellement la plus forte croissance (+ 52% en 2009). La marque peut-elle s’imposer ici comme elle l’a fait en téléphonie ou en téléviseurs ? Les innovations qui arrivent en 2010 montrent en tous cas que les moyens sont mis pour y parvenir. Si l’objectif de 500 millions d’euros pour cette année est atteint, Samsung aura doublé son chiffre d’affaires en deux ans (226 M°€ en 2008) sur le marché de l’IT. Un marché dont Agnès Van De Walle, estime le potentiel encore plus vaste.


Interview : Eric Shorjian

 

 


Neomag : A quelques semaines  du Medpi, vous avez réuni à Paris clients et médias pour une présentation des nouveautés phares de la rentrée. Que représente aujourd’hui Samsung sur les marchés de l’informatique en France ?
Agnès Van De Walle :
Samsung IT est la troisième division de la filiale en terme de CA mais la première en croissance. En 2009, notre CA s’est élevé à 344 millions d’euros, en hausse de + 52%. C’est également la plus belle performance du périmètre des sociétés IT du marché français. La division Samsung IT est aujourd’hui présent sur quatre familles de produits principales. Les display (moniteurs, cadres photos, vidéo-projecteurs et affichage dynamique), les ordinateurs portables (notebook et netbooks), le stockage (disques durs et disques optiques) et l’impression (imprimantes et multifonctions laser). Samsung IT est également en charge du VMB, activité liée à la partie BtoB du Brun (TV Hospitality). En 2009, nous avons progressé sur chacune de ces activités.


Neomag : Quelles sont les évolutions 2009 et les objectifs 2010 par activité ?
Agnès Van De Walle :
En ce qui concerne les ordinateurs portables, nous avons multiplié nos volumes par 5 en passant de 100 000 à 500 000 netbooks et notebooks. Pour 2010, l’objectif est de doubler ce chiffre pour atteindre un million de pièces, et nous allons tout faire pour y arriver. Le marché des moniteurs a été plus compliqué. En 2009, il a été marqué par un déclin en volume et en valeur. Le moniteur est un peu victime de la décroissance du marché des desktops. Cependant nous avons réussi à avoir une croissance volume de 2% et une stabilité valeur grâce à de nouveaux produits tels que les moniteurs tunérisés (MFM). Sur le marché de l’impression, également assez morose, Samsung a progressé de 15% en volume en 2009. L’objectif est de maintenir un rythme de croissance identique en 2010. Quand au stockage c’est clairement une division d’avenir avec des ventes qui seront proche du million de pièces en 2010.


Neomag : Le marché de l’IT, et celui des ordinateurs portables notamment, est aujourd’hui dominé par de grandes marques comme HP ou Acer. Quelle est votre stratégie pour les «challenger» ?
Agnès Van De Walle :
L’importance pour nous est d’abord de développer notre propre discours en étant très différenciant pour l’utilisateur final auquel Samsung s’adresse en termes d’usage plutôt qu’en termes de « specs produits ». La notoriété de la marque Samsung s’est toujours faite sur des produits très « magiques », ce soit en télévision, en téléphonie ou en blanc. Chez Samsung IT, nous lançons également des produits « magiques » comme, cette année, notre premier pico-projecteur LED ou la plus petite imprimante laser du monde pas plus grande qu’un netbook. Au-delà du produit, la stratégie est de surfer sur des actions commerciales fortes tout au long de l’année. C’est le cas sur les notebook, au printemps période de rééquipement et de mobilité. Sur les cadres photos, nous allons continuer à nous démarquer en poursuivant la stratégie qui consiste à offrir du contenu. En février, nous avions fait un partenariat avec Geo. Pour la Fête des Mères, le « photo frame » sera chargé de recettes de cuisine en partenariat avec l’Atelier des Chefs. A chaque fois, nous essayons de trouver des idées pour aider l’utilisateur final à optimiser l’usage qu’il a de nos produits. Samsung IT parlera également foot à partir du 11 juin notamment avec une ODR sur les vidéo-projecteurs et les moniteurs MFM. Ces écrans tunérisés qui permettent de basculer d’une utilisation bureautique à un mode télévision seront bien utiles pour suivre les matchs de la Coupe du Monde diffusés en journée… Au-delà de ça, l’idée c’est de développer les ventes de ces moniteurs MFM sur le marché du deuxième voire du troisième équipement.

Neomag : Le marché des moniteurs s’est effondré l’an dernier. A-t-il encore un avenir ?
Agnès Van De Walle :
Le marché des moniteurs a reculé de 22 % en volume et de 30% en valeur l’an dernier. Le prix moyen est passé de 163 € euros l’an dernier à 138 €  actuellement.  Avec une part de marché de 17% en 2010, Samsung mise sur la tendance forte des moniteurs MFM où la marque détient une PDM de 42%.


Neomag : Entre ce type de moniteurs qui deviennent des téléviseurs et des téléviseurs qui généralisent les fonctions de connections à tous types de périphérique et d’accès à tous types de contenus n’y aura-t-il pas cannibalisation ?
Agnès Van De Walle :
Dans l’organisation de Samsung en Corée, moniteurs et téléviseurs font partie de la même division. Le design est similaire et c’est volontaire. Ce n’est pas parce qu’un écran est utilisé à des fins informatiques qu’il doit être moche et épais. Après c’est l’utilisateur final qui décide. Un jeune dans sa chambre ou dans un studio pourra très bien utiliser un moniteur MFM comme écran TV principal. Par contre, même si la frontière devient plus floue, les gens n’achètent pas encore des téléviseurs pour des applications bureautiques.


Neomag : Parlons de l’impression justement, Samsung annonce la plus petite imprimante laser au monde. Quelle est l’évolution sur ce marché ?
Agnès Van De Walle :
Samsung est N°2 en volume sur le marché total imprimantes. Ce marché est marqué par un certain nombre de tendances. Le multifonction et la couleur sont en croissance. Le mono-fonction laser est également en croissance. Le prix moyen s’établit à 364 €. Le prix du consommable est en hausse. Dans ce contexte, la stratégie de Samsung est de continuer à développer le laser en simplifiant l’usage de ce périphérique. C’est par exemple le cas avec la touche EcoSamsung sur toute la gamme couleur ou encore la One Touch wifi qui permet la configuration en un click. Le lancement de la ML 1660, l’imprimante laser la plus compacte au monde, à peine plus grande qu’un netbook 10’’ va également nous permettre de continuer de progresser sur ce marché. C’est un produit qui va très clairement développer les ventes de laser auprès des particuliers au détriment du jet d’encre. Jusqu’à présent les ventes d’imprimantes laser étaient freinés par le prix élevé d’acquisition mais aussi par le design et l’encombrement.


Neomag : A l’occasion de votre présentation pré-Medpi à Paris, GfK a réalisé une présentation détaillé sur l’évolution du « back-to-school ». Que faut-il en retenir en résumé ?
Agnès Van De Walle :
GfK a comparé l’évolution du back-to-school depuis 2006 et l’évolution des poids des différents produits. Il en ressort deux tendances fortes. D’abord la montée en puissance des produits de stockage qui ont pesé un quart des volumes lors du back-to-school 2009. Et cela devrait se poursuivre en 2010. Autre tendance de fond : la croissance des ventes de netbook sur cette période de rentrée des classes. Alors qu’ils étaient inexistants il y a trois ans, les netbooks ont pesé 7% des volumes du back-to-school en 2009. Pour 2010, on estime que cette part devrait se stabiliser.


Neomag : Comment évolue Samsung sur le marché des notebook ?
Agnès Van De Walle :
L’ordinateur portable reste le marché en croissance de l’IT, ce qui n’est pas le cas forcément de tous les autres. En 2009, il s’est vendu en France 7,3 millions de pièces en 2009 contre 6,2 millions en 2008, soit une croissance de + 18% en volume et de + 4%. Dans le même temps, le prix moyen a poursuivi son érosion avec une perte de 100 € entre 2009 et 2010 sur le total du marché et une perte de 60€ sur le périmètre « retail » ou le prix moyen actuel s’établit à 510 €. Samsung est fortement monté en puissance sur le marché des ordinateurs portables. D’une part de marché de 0,6%, nous avons atteint actuellement 8% de PDM sur le total marché. Ceci avec une forte part sur les netbooks. Ceux-ci pèsent 50% des volumes chez Samsung contre 25% sur l’ensemble du marché.


Neomag : A la lecture des chiffres GfK, on voit que le « back-to-school » ne génère plus autant de valeur qu’il y a quelques années. On a même l’impression que pour les ventes d’ordinateurs portables, la valeur qui peut être gagnée par le marché dans l’année est souvent détruite à cette période là…
Agnès Van De Walle :
C’est vrai que la rentrée est marquée à chaque fois par un glissement vers les prix les plus bas. L’année dernière, plus d’un notebook sur trois vendu à cette période était à moins de 400 €. Mais nous pensons qu’il va y avoir un tassement en 2010. On peut difficilement descendre plus bas que ces prix là. En ce qui concerne Samsung en tous cas, l’offre Samsung sera clairement orientée vers une recherche de valeur, de spécificités additionnelles car, je le rappelle, notre objectif est de doubler nos ventes d’ordinateurs portables pour atteindre la barre du million d’unités.

place_holder
place_holder
place_holder