Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Stratégie

Ecovacs lance ses aspirateurs robots à la conquête du marché français

Leader sur son marché domestique, la Chine, y détenant 60% du marché  des aspirateurs robots, Ecovacs a désormais l'Europe en ligne de mire.  Allemagne, Espagne, Italie, France : des pays où la marque investit, recrute, se structure. Dans l'Hexagone, Ecovacs vise 20% du marché. Nous avons rencontré la nouvelle équipe qui installe ses bureaux en région parisienne au mois de juin. 

Alexandra Bellamy

Leader de sa catégorie en Chine avec plus de 60% de parts de marché, Ecovacs est déjà bien implanté en Allemagne. Le constructeur investit désormais pour se développer dans le reste de l’Europe : installation de bureaux, recrutement de personnel... Et la France est un marché clé qu’Ecovacs compte bien conquérir. Pour cela, le constructeur mise entre autres sur ses technologies et la richesse de son catalogue, qui propose une solution adaptée à chaque foyer et à chaque budget.

 

De gauche à droite : Hervé Mathis, Responsable SAV Europe, Arnaud Guerche, Responsable des ventes France, Andreas Wahlich, General Manager Europe, Julia Söns, Marketing Communication Manager et Hannah Narcyz, Marketing Coordinator France.

 

Un spécialiste de la robotique, qui gère toutes les étapes de fabrication

Créé en 2006, Ecovacs Robotics développe des aspirateurs robots et nettoyeurs de sols dès ses débuts. En France, nous connaissons principalement la marque pour ses robots aspirateurs (dont le best seller Deebot Pro 930) et nettoyeurs de sols (ainsi que ses laveurs de vitres Winbot), mais le fabricant chinois jouit d’une longue expérience dans le domaine de la robotique. Il développe divers types de robots comme des purificateurs d’air mobiles ou des robots d’accueil.

Sur son « campus » installé à Suzhou, dans la province de Shanghaï, Ecovacs dispose de son propre musée de la robotique. On peut y appréhender l’étendue de son expertise en découvrant des robots aquatiques, des robots animaux ou des robots humanoïdes qui ont un air de famille avec le Nao de Softbank Robotics (ex-Aldebaran)… 

Ecovacs gère toutes les étapes de production de ses produits sur place, dans son vaste complexe installé à Suzhou : R&D, fabrication, tests des produits... Les équipes de recherche sont ainsi au plus près des chaînes de production. Ecovacs présente également la particularité d’avoir « un seul métier : la robotique » et donc d’être « hyper spécialiste, ce qui est un avantage puisque toute l’énergie des personnes est focalisée sur une catégorie » affirme Arnaud Guerche, responsable des ventes pour la France.

 

2019 : lancement d'une technologie inédite d’intelligence artificielle

Ecovacs dispose d’un catalogue étoffé, composé de robots répondant à tous les besoins et couvrant toutes les tranches de prix, de 250 € jusqu’à 1 000 € - prix auquel sera lancé le vaisseau-amiral Deebot Ozmo 960.

L’offre s’étend de robots qui naviguent de manière aléatoire, à des modèles équipés de caméras ou télémètres laser, sachant que l’Ozmo 960 embarquera même ces deux technologies. Dans sa gamme, Ecovacs propose aussi des modèles « slim » et une partie de la gamme combine les fonctions d’aspirateur et de laveur de sol.  

Quant au futur fleuron de la gamme Deebot Ozmo 960, qui sera lancé dans le courant de l’été (photo ci-contre), il utilise une technologie inédite d’intelligence artificielle (AIVI). Cela lui permet de reconnaître les objets croisés sur son chemin – un câble électrique, une chaussure, une gamelle…- et ainsi de savoir comment gérer ces obstacles.

 

 

France : un objectif de 20% de part de marché

Les produits d’Ecovacs sont déjà disponibles en Europe à travers une offre Web – ils sont d’ailleurs distribués dans une trentaine de pays à travers le monde. Depuis quelques années, Ecovacs dispose de filiales aux Etats-Unis, au Japon ou encore en Allemagne, où le constructeur a installé son siège européen en 2012, à Düsseldorf. Ecovacs y est même bien implanté, détenant 20% de parts de marché en Allemagne (2018).

Mais cela ne suffit pas au fabricant chinois, qui compte bien conquérir le marché européen, notamment le marché français. Il ambitionne d’y atteindre également 20% de parts de marché d’ici la fin de l’année. La France est en effet d’un marché clé, explique Andreas Wahlich, General Manager Europe. Le marché espagnol par exemple est déjà énorme (environ 2,5 millions de pièces) alors « qu’en France, c’est vraiment le début pour les robots » assure-t-il (en 2018, 230 000 robots ont été vendus dans l’Hexagone). « Alors que de nombreuses catégories décroissent, l’aspirateur-robot connaît une importante croissance, car il apporte un vrai bénéfice au consommateur » complète-t-il.

Les bureaux français seront installés à la Tour d’Asnières dans le courant du mois de juin. Hervé Mathis qui travaillait au développement des produits en Chine est désormais responsable du SAV pour l’Europe, basé à Düsseldorf. Arnaud Guerche, responsable des ventes pour la France, vient d'être rejoint par Hannah Narcyz (Marketing Coordinator France) pour gérer le marketing et la communication. À l’administration des ventes, Elise Delaunay a pris ses quartiers au siège en Allemagne, où elle est principalement en charge du marché français. D’autres recrutements sont également prévus en France pour étoffer l’équipe commerciale (gestion des comptes clés).

Quant aux canaux de distribution, « retail et online sont complémentaires, il est nécessaire de combiner intelligemment les deux » déclare Andreas Wahlich, qui estime qu’environ la moitié des ventes s’effectue en ligne. Et lorsqu’on évoque le leader du marché iRobot, Ecovacs ne le perçoit pas comme un concurrent, car « il faut deux marques fortes pour faire croître la catégorie ». 

 

Renforcement des structures sur les principaux marchés européens

Pour être au plus proche de la distribution et des consommateurs, Ecovacs déploie d’importants moyens pour s’implanter en Europe. Pour compléter son siège de Düsseldorf, fin 2017, Ecovacs a investi des bureaux en Espagne et recrute pour y développer son équipe commerciale. Fin février 2019, le constructeur a également posé ses cartons en Italie.

Ecovacs compte sur ses technologies mais entend aussi gagner la confiance des consommateurs et des distributeurs. Au SAV, on a déjà mis en place un tchat pour aider les utilisateurs de robots français qui rencontreraient des problèmes (disponible via l’application). Deux agents francophones basés à Düsseldorf répondent en français aux possesseurs de robots Ecovacs qui auraient des questions.

Ce service est également disponible en allemand, en italien, en espagnol et en chinois. Et pour faciliter l’information des clients en magasins, le constructeur prépare des QR Code grâce auxquels il sera possible d’obtenir des renseignements, même en l’absence d’un vendeur.  

 

place_holder
place_holder
place_holder