Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Objets connectés

Smart home : le marché européen à +11% au premier semestre

Plus de 16 millions de produits Smart Home vendus au total cumulé en Allemagne, Grande-Bretagne et France au  premier semestre 2018. En valeur, c’est un chiffre d’affaires à la hausse de 5,4 milliards € (+ 11%) par rapport à la même période en 2017, selon les chiffres présentés par GfK à Berlin pendant l’IFA. Grâce aux assistants vocaux, on passe désormais du concept au concret…

Les experts de GfK en sont persuadés, grâce aux assistants vocaux désormais disponibles dans les  principales langues parlées en Europe, le Smart Home peut représenter une énorme opportunité commerciale.

 

Précédemment, la fonctionnalité « smart » était présenté comme une promesse globale de transformer tout le foyer en « maison intelligente ». Si les consommateurs ont réservé un accueil positif à cette promesse d’« intelligence », il semble que, actuellement, les acteurs s’orientent vers des solutions intelligentes packagées et identifiées afin de les commercialiser,  selon Jérémy Barreau, expert GfK Smart Home.

Sans doute, ces solutions commencent par la compréhension des besoins des consommateurs : un besoin de sécurité lors d’une absence du foyer, l’envie d’accéder aux divertissements, la recherche d’une solution liée à l’environnement comme pouvoir surveiller ses consommations d’énergie, et enfin, décliner ces besoins en solutions Smart Home. 

Les études GfK montrent la croissance tangible de nombreuses catégories de produits smart, par exemple les lampes LED, les caméras de surveillance connectées, les équipements électroménagers connectés, les robots aspirateurs... Dans le cas des produits Domotique & Sécurité, GfK indique une croissance en volume de + 39% et +17% en revenus générés au cours du 1er semestre et ce, dans la zone Europe de l’Ouest.

Les assistants vocaux ne sont entrés dans les maisons des consommateurs que récemment, et dans un rôle relativement modeste, en bonus à l’ensemble des appareils technologiques déjà possédés. Cependant, leur potentiel est fort : leur interface contrôlée à la voix et basée sur l’intelligence artificielle (IA) et le big data offre une toute autre expérience que les menus tactiles des smartphones. De plus, l’IA et l’exploitation des données permettent à l’objet d’apprendre et mémoriser les préférences personnelles des utilisateurs dans différents contextes ou activités. 

 

Les assistants vocaux vont aussi permettre à d’autres équipement de communiquer entre eux, créant ainsi des écosystèmes domestiques. « Un des obstacles précédents pour transformer nos maisons en foyer intelligent était la fragmentation des interfaces utilisateur, souligne Norbert Herzog, expert de GfK pour l’industrie Electroménager. Chaque périphérique intelligent n’était compatible qu’avec les autres produits d’une même marque, au sein d’application dédiée (sur mobile ou juste accessible via PC). On peut ainsi dire que les assistants vocaux dotés d’IA, pilotés par la voix ou pavé numérique, montrent un potentiel pour agir comme le terminal domestique intelligent central et consolider tous les équipements connectés du foyer sur une seule plate-forme. Une fois un système configuré comme tel, l’IA serait en mesure de créer un langage commun entre les appareils sans être entravés par des normes de réseau, protocoles ou autres systèmes propriétaires. En créant une suite d’applications domestiques sur cette base, le concept de maison intelligente pourrait devenir une occasion commerciale encore plus forte. » 

 

En savoir plus

Assistance vocale : Fnac Darty mise tout sur Google 16/04/2018

 

 

place_holder
place_holder
place_holder