Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Cuisine

SNEC : un nouvel élan au service des cuisinistes

« Prenez votre avenir en main ! », c’est sous une thématique dynamique, pragmatique et entrepreneuriale que vient de se tenir le congrès 2016 du Syndicat National des Cuisinistes à Lyon. Les 12 et 13 juin, Aymeric Foissey, Président du SNEC, Maxence Bay, Vice-Président et Christian Sarrot Secrétaire Général, ont présenté les rapports d’activité et financiers du dernier exercice mais ont surtout témoigné du vent de renouveau de cette organisation patronale.

Eric Shorjian

« Sortir du labyrinthe juridique, administratif et fiscal dans lequel les cuisinistes indépendants peuvent être plongés. Défendre leurs intérêts et les représenter mais surtout leur simplifier une vie professionnelle déjà bien remplie… ». Voilà en substance ce à quoi répondent les dirigeants du SNEC quand on leur pose la question de l’intérêt d’adhérer à cette organisation professionnelle. Cela peut paraître basique, mais faire simple est souvent le plus difficile…

 

 

Depuis sa nomination en septembre 2014, Aymeric Foissey et l’équipe de professionnels qui l’entoure entendent donc apporter un vent de jeunesse et de dynamisme à l’univers du syndicalisme professionnel qui n’est souvent pas très « glamour ». Ceci afin de lui permettre d'être plus lisible et plus audible. Le déroulement de ce congrès a montré que plutôt qu’un président omniscient, l’on avait davantage là un manager sachant s’entourer et déléguer. Depuis son arrivée, par exemple, le secrétaire général n’est plus un salarié à vie comme l’on rencontre habituellement dans les syndicats mais un prestataire extérieur. En l’occurrence, il s’agit de Christian Sarrot, fin connaisseur du SNEC puisqu’il était déjà en charge de sa Communication depuis plusieurs années et qui désormais a pris à bras le corps l’ensemble des sujets concernant la formation.

Autre exemple : auparavant, le SNEC avait recours à un seul cabinet généraliste pour défendre les intérêts de ses adhérents. Aujourd’hui, il a préféré s’entourer de trois cabinets d’avocats différents, chacun spécialisés dans leur domaine : Julie Lamadon du cabinet Norma Avocats pour le Droit Social, Maxime Buchet de Melote et Buchet pour le Droit Fiscal et Sarah Temple-Boyer pour le Droit de la Consommation.

 

Un environnement législatif, juridique et fiscal de plus en plus complexe

Car déjà, par nature, les cuisinistes ont un métier plus complexe que la plupart des autres commerçants de l’équipement de la maison. En effet, ils ne vendent juste pas un produit fini dans un carton à emporter ou à livrer mais une prestation à chaque fois réalisée sur-mesure qui les oblige à vraiment s’adapter aux besoins des client de la vente jusqu’à la pose. De plus, le contexte dans lequel ils opèrent leur métier est devenu de plus en plus compliqué ces dernières années que cela soit sur le plan législatif, juridique ou fiscal. Les explications selon les avocats : des politiques qui font en plus de lois destinées à protéger les consommateurs, une influence croissante des associations de consommateurs et de la DGCCRF et des sanctions alourdies et plus faciles à mettre en oeuvre car il s’agit de sanctions administratives…

L’idée est donc que le SNEC soit beaucoup plus pointu et réactif dans les réponses apportées aux cuisinistes adhérents. « Pour simplifier la vie professionnelle des cuisinistes adhérents, nous avons mis en place un outil de CRM qui permet d’analyser pourquoi nos adhérents nous contactent, explique Aymeric Foissey. En fonction de cela, nous créons un groupe de travail sur un sujet spécifique qui élabore une réponse que nous diffusons ensuite à nos adhérents via l’outil SNEC Infos qui passera bientôt mensuel. Et puis, si un de nos adhérents à une question très spécialisée qui demande une réponse rapide, nous faisons le maximum pour lui répondre le plus vite possible. Il est insupportable pour un cuisiniste d’avoir une réponse à une question très concrète deux ou trois semaines après. »

 

Donner les bonnes réponses, rapidement...

Outil clé au cœur de cette simplification de la relation du SNEC avec ses adhérents et ses clients : le tout nouveau site www.snec.org . Clair et aéré avec sa nouvelle identité visuelle, efficace dans sa navigation, ce site a une double vocation : promouvoir la meilleure image possible de la profession auprès des consommateurs et être la porte d’entrée vers des outils pratiques destinés aux cuisinistes adhérents. Munis d’un code d’accès personnel, ils peuvent ainsi naviguer sur la partie professionnelle du site et y télécharger les conditions générales de vente remises à jour, les modèles de contrats de collaborateurs, se tenir au courant des dernières directives fiscales, avoir accès à un glossaire en Droit de la Consommation et même réaliser une demande d’homologation « SNEC + ».Pas de blabla mais de l’efficacité avant tout…  Le SNEC propose au cuisiniste dans le cadre de sa cotisation annuelle (environ 50 € par mois) une foule de services tels que : une assistance juridique annuelle Groupama en complément de la qualité des propositions assurancielles (RC, Mutuelle, Complémentaire-Santé...), mais aussi la Médiation auprès des magasins et des consommateurs (l'association SNEC avec l'A.M.E -Association des Médiateurs Européens). Car depuis le 1er janvier 2016, les professionnels doivent obligatoirement proposer aux consommateurs un système de médiation gratuite. Le SNEC a donc cherché un prestataire pour fournir ce service.

 

Valoriser les meilleurs

Le congrès 2016 fut également l’occasion de faire le point sur " l'Homologation SNEC + ". Une enquête de satisfaction des clients accréditée par la Commission d'Administrateurs a pour but de permettre aux cuisinistes homologués de se distinguer de leurs magasins concurrents. Pour les prospects consommateurs et futurs clients, l'homologation SNEC+ est l'assurance d'une prestation effectuée par des professionnels qualifiés SNEC ou titulaires d'un CQP de concepteurs-vendeurs, d'un suivi et d'un contrôle rigoureux du projet à la réalisation de la pièce-cuisine et d'une offre complète et précise satisfaisante aux fonctions essentielles de la pièce cuisine : lavage, cuisson, froid et rangement. Une centaine de magasins devraient être habilités « SNEC+ » d’ici la fin de l’année. Une carte qui donnera accès à une liste de magasin homologués et garanti aux particuliers une garantie de travail.

La formation fut également largement évoqué. Afin de mieux former les vendeurs et à les qualifier, le Comité de Pilotage des Centres de Formation SNEC, à la demande de nombreux adhérents, travaille notamment sur un format court du CQP " concepteur-vendeur ".  Les organisateurs du congrès avaient également convié une responsable d’Agefos PME qui est venu expliquer les grandes lignes de la nouvelle réforme de la formation professionnelle ainsi que ce qui change (ou pas) pour les entreprises de moins et plus de 10 salariés.

Le sujet de la Foire de Paris, dont le SNEC co-organise la partie Cuisine, fut aussi abordé. En 2016, 31 stands de marques de cuisine étaient présents sur plus de 3 900 m2. Même si le nombre de visiteurs a baissé de 567 000 à 514 000 cette année, l’édition s’est plutôt bien passée estime la direction du SNEC. Rappellons que la présence du syndicat tout au long de la manifestation permet de réguler les débordements inhérents aux pratiques de certains vendeurs. Cette année le SNEC avait même édité un liflet à destination du consommateur « Quelques conseils pour bien acheter sa cuisine » qui a connu un franc succès. Une initiative intéressante qui gagnerait à être dupliquée sur les foires régionales.

 

Petites histoires de grand management

Enfin, autre nouveauté cette année dans l’organisation du congrès SNEC, la participation d’un intervenant extérieur au métier. Et c’est Fabien Galthié, immense joueur de rugby à la carrière intense (joueur, capitaine, entraineur…) au Stade français et en équipe de France notamment qui est venu conclure en tirant des parallèles entre le management des équipes dans le monde du sport et de l’entreprise. Pendant plus d’une heure, celui qui est aujourd’hui consultant sportif a fait partager à une audience captivée son expérience en matière de réussite et d’échecs, de gestion des individualités et de sens du collectif. Particulièrement, son récit vu de l’intérieur des vestiaires et son analyse du match de Coupe du Monde 1999 qui avait vu la France vaincre les All Blacks en demi-finale fut un moment d’anthologie que chacun des participants à ce congrès gardera certainement longtemps en mémoire au retour dans son entreprise…

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

place_holder
place_holder
place_holder