Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Commerce Associé

Phox se voit en spécialiste de l’image

Tout comme les disquaires indépendants, qui n’ont pas survécu à l’inexorable passage de l’analogique au numérique, les photographes indépendants ont bien failli, eux aussi, disparaitre du paysage commercial. Passage de l’argentique au numérique, développement des sites de e-commerce, essor du tirage en ligne, concurrence des smartphones… : après leur apogée dans les période des années 70 à 90, les magasins et les enseignes de photo ont du faire face à des mutations à répétitions et nombre d’entre-eux ont disparu. Pour autant, ce métier n’est pas mort, mieux il est peut-être à l’aube d’une renaissance. C’est en tout cas, le message que viennent de faire passer les dirigeants du groupement Phox à l’occasion du congrès qui vient de se tenir courant octobre à Nice.

Eric Shorjian

Durant 3 jours, du 11 au 13 octobre, s’est tenu au Palais des Expositions de Nice, le congrès annuel du groupement Phox, dont l’enseigne née en 1970, affiche cette année ses 45 ans d’existence. L’ensemble des fournisseurs du réseau avait répondu présent. Les grandes marques spécialistes de la photo (Canon, Nikon, Pentax, Olympus, Fuji…), de l’optique (Sigma, Tamron), les généralistes (Panasonic, Sony), celles des accessoires (Manfrotto, Lowepro, Lexar, Xtreme…) mais aussi, et c’était une nouveauté, plusieurs marques de drones dont Parrot et Toruk et même le stand de la société Reflet du Monde qui forme au pilotage et à la prise de vues par drones.

 

 

Capter le marché de la prise de vues par drones

La présence sur la surface d’exposition du salon de prestataires et de fournisseurs du  monde de drones, mais aussi de marque d’Action Cams (GoPro, PNJCam…) ou d’accessoires pour smartphones, s’avère révélatrice de la stratégie actuelle de Phox. A savoir, être beaucoup  plus qu’un simple revendeur de matériels photographiques.  Aujourd’hui, le groupement Phox regroupe environ 180 magasins de 80 à 100 m2 en moyenne dont une quarantaine sous enseigne Foci rachetée en 2013. Ils bénéficient en général d’excellents emplacements en hyper centre-ville ou en galeries marchandes d’’hypermarchés. Les adhérents ont en majeure partie un profil, soit de négociant, soit de photographe professionnel.  « L’avenir de l’enseigne Phox, c’est de devenir un véritable spécialiste de l’Image et d’être reconnu en tant que tel», déclare Fabrice Filleur (à gauche sur la photo ci-dessus). Nouveau directeur général depuis quelques mois, il est désormais à la tête de la centrale Phox basée en région parisienne à Saint-Denis. Une centrale qui réalise aujourd’hui environ 60 millions d’euros d’achats par an et emploie 18 personnes. La coopérative est structuré autour d’un Directoire qui compte 3 adhérents et d’un Conseil de Surveillance (8 adhérents) présidés par Dominique Caudron (Cambrai) et Nathalie Dechartre (Bordeaux).

 

 

Vers un nouvel avenir…

Outre l’élargissement de l’offre à de nouvelles catégories de produits, un travail de remise aux normes de l’enseigne et une reprise du recrutement, Phox voit également son avenir de « spécialiste de l’Image » par le développement des Services. «  Nous allons faire monter en puissance la Phox Academy qui permet de s’offrir ou d’offrir de vraies formations photo, souligne Jean-Loup Tissandier, Directeur Réseau (à droite sur la photo).. Alors que le marché du tirage s’est atomisé, nous nous nous adaptons également en proposant des solution de tirage immédiat en magasin, d’albums photo, de financements, d’extensions de garantie. »

Récemment, Phox vient même de lancer « Phox Smart », sa propre application pour smartphone, celui-là même qui a tant fait souffert le marché des APN. « Si tu ne peux vaincre ton ennemi, embrasse-le »… 

 

 

 

 

 

 

place_holder
place_holder
place_holder