Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Décryptage

Quel avenir pour la télévision traditionnelle ?

Alors que la marque à la pomme vient d’annoncer sa toute nouvelle Apple TV, le destin de la télévision est une fois de plus remis en cause. Après les offres Triple Play des opérateurs Internet et l’avènement des tablettes, le sort de la télévision traditionnelle semble désormais dépendre de l’avènement de la vidéo à la demande par abonnement (SVOD). Peuvent-elles coexister ? Dans quelles conditions ? Quels sont les freins à la généralisation de la SVOD ? Explications.

 

Sandra Nicoletti

 

Le 9 septembre dernier, Tim Cook a une nouvelle fois affolé la « geekosphère » en annonçant ses dernières nouveautés à San Francisco, dont les iPhone 6s et 6s Plus, l’iPad Pro et la très attendue Apple TV. Une nouvelle version de sa passerelle multimédia qui relance l’innovation dans le monde de la télévision et qui promet une expérience encore plus captivante pour le téléspectateur. « Le futur de la télévision, ce sont les applications, affirme le CEO d’Apple lors de son grand oral. Aujourd’hui, les apps sont incontournables et l’avenir ne peut se construire qu’avec elles. Forts de ce constat, nous sommes repartis de zéro. Nous avons imaginé le nouveau système d’exploitation tvOS, développé des modes d’interaction inédits et intégré Siri pour enrichir davantage l’expérience ». Au programme : une nouvelle télécommande Bluetooth avec zone tactile, une commande par la voix très intuitive via Siri, l’intégration de jeux vidéo pour une expérience proche de la Wii et bien sûr, des milliers d’applications et services disponibles sur le nouvel Apple TV App Store, dont des services de vidéo à la demande par abonnement (SVOD). Disponible fin octobre en 32 Go (149 dollars) et en 64 Go (199 dollars), cette nouvelle Apple TV relance également le débat sur le futur de la télévision.

 

SVOD vs télévision traditionnelle : vers une offre complémentaire ?

A l’image de ce que propose l’Apple TV, la SVOD gagne du terrain et devrait croître encore ces prochaines années, en atteste le succès de Netflix depuis son arrivée en France il y a un an. Selon une étude réalisée par Deloitte Digital et diffusée le jour même de la conférence Apple, la SVOD a généré près de 833 millions d’euros en Europe en 2014, soit une croissance de +23% en un an. Et d’ici 2018, elle devrait générer 1,75 milliard d’euros. Un engouement pour la SVOD qui se confirme, mais qui ne représenterait qu’une part marginale du marché total de la TV payante (1,5 % en Europe). Est-ce à dire que les opérateurs traditionnels sont amenés à disparaître d’ici quelques années ? Non, selon Deloitte Digital, car « la majorité des clients continueront d’utiliser les services SVOD en complément de leurs abonnements TV, de la même manière qu’ils souscrivent aujourd’hui à des offres additionnelles “famille“ ou “sport“ en plus de leur pack initial. La diffusion multi-écrans et la mobilité permises par la SVOD renforcent l’idée d’un service complémentaire à la TV linéaire. Ce sont ainsi au moins 50 millions de foyers dans le monde, et 10% en Europe, qui s’abonneront dans les prochains mois à un ou plusieurs services de SVOD, en plus de leur abonnement à une TV payante ».

 

Qui en sortira vainqueur ?

Dans ce contexte, les frontières entre la TV et la SVOD semblent de plus en plus floues au fur et à mesure que les TV payantes proposent à leur tour des services SVOD, ou incluent des services ”à la demande“ dans leur abonnement mensuel. C’est donc sur le terrain du contenu que vont devoir s’affronter les acteurs du secteur. « Celui qui aura les meilleurs droits sortira vainqueur. Mais comme un seul acteur ne peut concentrer l’intégralité des droits, il est fort probable qu’il y ait plusieurs gagnants » précise Ariane Bucaille, Associée responsable Technologie, Médias et Télécommunications chez Deloitte.

Reste le problème du débit Internet, principal frein à la généralisation de la SVOD. En France, seuls 25,7 millions d’abonnements Internet correspondent à du haut et très haut débit et les foyers situés en zone rurale sont évidemment les plus impactés. Le potentiel de croissance est donc important. Mais avec l’accroissement du nombre d’abonnés va s’imposer la nécessité de déployer un réseau de distribution dédié au contenu, afin de garantir la qualité du service SVOD. Et « établir cette connexion directe avec les fournisseurs d’accès à Internet entraînera des coûts supplémentaires pour la mise en place et la maintenance de ce service » rappelle Deloitte Digital. Si la télévision a su tirer parti des opportunités du digital jusqu’à présent, nul doute que l’accélération des innovations technologiques présage de nouveaux défis pour l’ensemble des acteurs du secteur…

place_holder
place_holder
place_holder