Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Décryptage

Terraillon fait le pari d’avenir du “Bien-être connecté"

Sous l'impulsion de son Pdg Didier Bollé, nommé il y a un an à sa tête, Terraillon veut explorer de nouveaux territoires. Cela passe par une refonte des stratégies marketing, mais aussi le développement de nouvelles gammes, comme les produits connectés. 

 

Eric Shorjian

 

La marque Terraillon se remet à avancer, à innover… Très connue en France (91% de notoriété assistée), elle s’était par contre un peu endormie en terme d’image. On associe souvent Terraillon à Bernard Tapie, qui avait repris la société dans la période flamboyante des années quatre-vingt et l’avait ouverte à une expansion internationale. Mais la marque avait déjà une histoire avant ça. Créée en 1946 par Paul Terraillon, industriel du Jura, elle s’est bâtie une belle réputation au cours des Trente Glorieuses. Lancée en 1970, la balance de cuisine BA2000 par exemple, exposée au Musée d’Art Moderne de New-York, est encore vendue aujourd’hui. Depuis 2002, Terraillon appartient au groupe hong-kongais Fook Tin Technologies, un groupe industriel créé en 1963 et spécialisé dans le domaine de l’électronique et du pesage grand public mais également de la mesure industrielle.

Mais, pour autant, le cœur de la marque bat toujours en France. Siège social mondial, R&D, marketing… sont basés à Croissy-sur-Seine. Et c’est de là que Didier Bollé, recruté comme nouveau PDG, a travaillé depuis plus d’un an pour « réveiller la belle endormie ». Nouvelles stratégie, nouvelles gammes renouvelées à 90% avec des gammes "Pop" très colorées , nouvelles équipes… Cet expert de l’électroménager, passé par Whirlpool puis LG, affiche de grandes ambitions pour Terraillon. "Une marque qui maîtrise son design, sa production (pas de sourcing) et sa qualité à toues les niveaux (nombreuses nombres Iso)".

 

Santé connectée : une opportunité à saisir pour le commerce spécialisé

 

A l’heure où certains marchés historiques du Blanc et du Brun connaissent un essoufflement, Didier Bollé veut développer Terraillon, non plus uniquement sur le marché ultra-banalisé des balances culinaires et des pèse-personnes mais sur celui beaucoup plus porteur et rentable de la "santé connectée". Le renouveau de la marque passe désormais par les marchés d’avenir. Si aujourd’hui des expressions telles que "well being digital" ou "quantified self", sont encore peu connues ici en France, le marché du « bien-être connecté » s’annonce comme une véritable révolution à venir. Sur le plan technologique : tout est en place : miniaturisation des capteurs, équipement massifs des populations en smartphones, montres connectées bientôt…

 

 

Chacun d’entre nous va pouvoir enregistrer, mesurer, suivre et analyser les paramètres de sa forme et adapter son mode de vie, pour être en meilleure santé. Aux USA, c’est déjà une réalité. Selon une étude réalisé par Pew Research en Janvier 2013, 21% des américains suivent déjà leur santé grâce à ces technologies. Toutes les applications qui y sont liées connaissent également un engouement croissant. Une autre étude de marché, estime que d’ici 2017, environ 1,7 milliards de personnes à travers le monde auront téléchargé au moins une de ces applications spécialisées. Aujourd’hui avec le lancement du tout nouveau concept Terraillon Web Coach POP 2.0,  qui arrive cet été sur le marché, c’est clairement à une révolution des usages que Terraillon invite les consommateurs. Mais aussi les distributeurs. Actuellement, le marché des appareils de pesage grand public (balances culinaires, pèses-personnes) est détenu à plus de 65% par les hypermarchés.

Les nouveaux appareils de "bien-être connectés" vont devoir être présentés, expliqués aux consommateurs finaux. Un nouveau marché s’ouvre donc clairement au commerce spécialisé qui aura la capacité d’explication en magasin. Et pour le soutenir Terraillon est en train de déployer une stratégie de communication à 360 degrés mixant le merchandising, des QR codes, des campagnes sur le web. Ca bouge chez Terraillon. Bienvenu dans le XXIème siècle, une nouvelle histoire à raconter qui s’annonce passionnante !

 

place_holder
place_holder
place_holder