Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Décryptage

Bricolage et jardin : comment se porte le marché ?

Souvent annoncé comme en difficulté en 2012, le marché du Bricolage affiche en fait une croissance de 1,9 % par rapport à 2011, pour atteindre 24,50 milliards d’euros (en intégrant le rayon jardin des GSB), avec une dépense annuelle par ménage de 800 euros. Les chiffres communiqués par Unibal* permettent d’avoir une comparaison, tant en terme de distribution que de conjoncture, avec le secteur de l’électrodomestique.

 

2013 s’annonce plus difficile avec un 1er trimestre globalement négatif pour les premières approximations, de l’ordre de -7,5 % à -8 %. Soit -5 % en bricolage et -26 % pour le jardinage pour l’ensemble du marché, contre performance dont le caractère en partie conjoncturel permet d’espérer qu’elle puisse être compensée au cours des prochains mois :

- la météo , peu favorable, pèse à la fois sur l’activité jardin, en forte contraction mais également sur les projets de décoration qui, pour la plupart, sont repoussés de quelques semaines,

- le pouvoir d’achat des ménages, et surtout la prise de conscience de la nécessité de pratiquer de nouveaux arbitrages, implique un certain attentisme souvent nourrid’inquiétude (chômage, impôts, taxes),

- la faiblesse des transactions immobilières ne permet pas de soutenir une forteactivité de rénovation / aménagement.

 

Les traditionnels en voie de disparition

Dominé par les GSB (Grandes Surfaces de Bricolage) qui assurent 76 % de la vente des produits de bricolage, ce marché est fortement concentré, avec 4 groupes de distributeurs représentant plus de 92 % du marché des GSB, dont 2 plus de 70 % : ADEO d’abord avec les enseignes Leroy-Merlin, Bricoman et Weldom, Kingfisher ensuite avec Castorama et Brico-Dépôt.

Cette performance 2012 s’explique très largement par les ouvertures et les agrandissements réalisés par les enseignes, en augmentation de 4 % en 2012, contreseulement 1 % en 2011.

Elle reflète également quelques disparités avec, une fois encore, la plus forte croissance pour les GSB (+2 % au global), devant les Négoces Matériaux (+1,7 %), les GSA (Grandes Surfaces Alimentaires) (+1,5 %), mais affiche des résultats contrastés en GSB avec + 2,6 % pour le seul Bricolage et -1,9 % pour le Jardinage (rayon jardin des GSB).

 

Un optimisme raisonné

Toutefois, les fondamentaux demeurent pour assurer au marché du bricolage un fort potentiel de croissance, qu’il s’agisse des innovations techniques proposées par les industriels (en termes de simplicité, de séduction), de la nécessaire adaptation aux nouvelles normes en matière de sécurité et d’environnement, mais aussi des produits et solutions touchant au vieillissement de la population, à la santé ou au confort,.

Sans oublier naturellement que l’habitat constitue un refuge naturel, une forme de protection ultime contre l’inquiétude et/ou les incertitudes d’un environnement anxiogène.

Autant de raisons pour un optimisme raisonné, et ce d’autant que le développement d’Internet permet un meilleur accès des ménages aux produits/solutions en simplifiant les achats grâce au multi-canal, alors même que les industriels rivalisent d’innovations pour transformer le cadre de vie des consommateurs, lesquels, paradoxe,mais surtout formidable levier de croissance, n’entreprennent aujourd’hui que la moitié des projets/travaux dont ils rêvent.

 

*Unibal est l’organisation professionnelle des industriels du Bricolage, du Jardinage et de l’Aménagement du Logement. 

place_holder
place_holder
place_holder