Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Le regard d'AVCesar

Test du Marantz NR1200

Le Marantz NR1200 est un amplificateur audiovidéo proposé au prix de 699 euros. C'est aussi "un véritable mutant issu des amours improbables d’un amplificateur Hi‑Fi et d’une chaîne Home Cinéma" nous annonce notre partenaire avcesar.com qui attribue à cet opus de Marantz 6 étoiles bien méritées...

"C’est que nous propose Marantz. En effet, le NR1200 hérite d’un mélange des gènes de ces deux géniteurs, ce qui en fait un cas d’espèce assez surprenant, mais qui répond bel et bien à une attente des consommateurs.

 

Présentation du Marantz NR1200 

Du monde Hi‑Fi, voire audiophile, il adopte une structure stéréophonique traditionnelle dérivée des modèles les plus évolués de la marque. De l’univers Home Cinéma, il conserve un jeu de prises HDMI. Un curieux mélange, donc, puisqu'audiophiles et inconditionnels du Home Cinéma se sont longtemps regardés en « chiens de faïence », voire méprisés mutuellement. Le Marantz NR1200 tente donc de réconcilier ces deux mondes. Côté design, Marantz ne s’est par contre pas compliqué la tâche, le Marantz NR1200 emprunte, comme sa référence l’indique clairement, le châssis des amplificateurs audio‑vidéo « slim » de la marque présents au catalogue depuis des lustres, les modèles NR (1510 et 1710 pour le millésime 2019).

 

À vrai dire, le Marantz NR1200 correspond à une réelle attente. Les liaisons HDMI équipent en effet un nombre croissant de sources capables, non seulement, de délivrer des flux vidéo de qualité optimale, mais aussi, des flux Hi‑Res Audio répondant aux exigences des audiophiles les plus exigeants. Mais, souvent la qualité des amplificateurs audio‑vidéo conventionnels est insuffisante pour pouvoir exploiter toute la finesse de tels contenus, l’atout majeur des équipements audio‑vidéo restant la multiplicité de leurs canaux et la sensation d’immersion sonore qu’ils proposent. Certes, le Marantz NR1200 ne prétendra jamais réponde à cette fonction. En revanche, sur les bandes‑son cinéma, il réalise une downmix pour transformer leur son multicanal en stéréo conventionnelle.

 

 

En somme, le NR1200 a pour ambition d’être au cœur de l’installation audio‑vidéo en jouant le rôle de sélecteur de source et en offrant une très haute qualité d’écoute. Rappelons que si les installations complexes Home Cinéma avec une multitude d’enceintes minutieusement disposées dans un salon ou une salle dédiée de l’habitation ont leurs adeptes, bon nombre d’utilisateurs souhaitent, plus modestement, disposer d’un son de qualité sans avoir à transformer leur intérieur en salle de cinéma.

 

Fabrication soignée et configuration « miroir »

Côté audio, Marantz a donc particulièrement soigné son dernier‑né. L’un des problèmes majeurs lorsque l’on fait transiter en un même boîtier de l’audio analogique et des flux vidéo et/ou numériques se situe au niveau de la dégradation du rapport signal/bruit. En effet, les flux numériques sont globalement générateurs de parasites. Marantz a donc porté un soin spécifique à l’alimentation du NR1200 ainsi qu’à ses blindages internes pour éliminer au mieux de telles interactions, avec des enroulements spécifiques pour chacune des fonctions critiques du boîtier (cf. ci‑dessous). Les étages de puissance, particulièrement sensibles, adoptent une structure séparée pour chaque canal. De même ils disposent de leur propre circuit d’alimentation. Il est d’ailleurs possible d’utiliser le NR1200 comme un amplificateur purement analogique. Il dispose pour cela de trois entrées analogiques sur RCA et même d’une entrée Phono. De même, comme sur tout amplificateur Hi‑Fi récent, des entrées numériques sont présentes.

 

 

La puissance délivrée, 2 x 75 W, fait de lui un équipement parfaitement adapté aux habitations actuelles. Comme souvent chez Marantz, l’intégralité des circuits analogiques est réalisée autour de composants discrets de haute qualité : transistors, condensateurs, résistances de précision, etc. Pour cela, Marantz a « designé » ses propres cartes électroniques dotées d’un trajet du signal aussi court que possible et adoptant une configuration « miroir » pour les deux canaux (cf. ci‑dessous).

 

 

Ainsi, non seulement cette structure limite les dégradations du signal qui peuvent survenir tout au long de son parcours mais, en plus, les signaux correspondant au canal droit et au canal gauche suivent strictement le même trajet ce qui évite tout décalage temporel, aussi faible soit‑il, dans leur traitement. Une architecture que Marantz a baptisée HDAM pour « Hyper Dynamic Amplifier Module ». Mais le NR1200 va beaucoup plus loin, en termes de fonctionnalités, pour répondre aux attentes en matière de nouveaux services et de musique.

 

Réseau filaire et sans-fil

Outre le fait qu’il fait office de sélecteur de sources vidéo, grâce à ses ports HDMI 2.0b tous compatibles 4K HDR, et qu’il est capable d’en extraire les flux audio, y compris sur sa sortie HDMI compatible ARC, il assure la fonction de lecteur réseau. Pour se connecter, le NR1200 dispose de deux possibilités. La première, filaire, se fait par l’intermédiaire d’une connexion Ethernet. Pour cela sa face arrière dispose d’une prise RJ‑45. L’autre possibilité est de configurer sa liaison Wi‑Fi. Celle‑ci peut se faire soit en WPS, si le routeur de l’habitation dispose de cette option, soit par la traditionnelle fourniture d’un mot de passe. 

 

Compatible UPnP (DLNA) et AirPlay 2, le NR1200 pourra ainsi accéder aux contenus des équipements partagés sur le réseau domestique tels qu’ordinateurs ou disque dur Nas. De plus, en utilisant cet accès comme passerelle vers le Net, il propose une multitude de services « online ». En premier lieu, il dispose d’un gestionnaire TuneIn intégré. Ici le téléviseur se transforme alors en écran de recherche de la webradio souhaitée, ce qui beaucoup plus convivial que d’effectuer cette opération depuis le petit afficheur alphanumérique que porte la façade du NR1200. De même, de très nombreuses offres d’écoute de musique en streamingsont immédiatement accessibles pour peu qu’un abonnement ait été souscrit.

 

Module multiroom Heos embarqué

Autre atout, le NR1200 s’intègre au sein de l’écosystème Heos propre à la marque. Il s’ouvre ainsi au multiroom aussi bien comme source sonore qu’en tant que point de diffusion. Enfin, pour en terminer avec la connectivité du NR1200, signalons qu’il est également compatible Bluetooth bidirectionnel (gestion appairage jusqu’à huit appareils). C’est‑à‑dire que le NR1200 pourra accéder aux contenus d’un smartphone, comme de tradition, mais aussi transmettre la musique qu’il reçoit de l’une de ses sources vers un casque sans‑fil, par exemple. Un très bon point.

 

 

De plus, si le Marantz NR1200 dispose de circuits analogiques de haute qualité, ses sections numériques n’en sont pas pour autant au rabais. Son cœur s’articule autour d’un Dac AK4458 capable de travailler en 384 kHz/32 bits. Il gère donc sans soucis les flux Hi‑Res Audio et les flux DSD en streaming jusqu’à 5,6 mégahertz. 

 

Connectique

Enfin, la connectique, même si elle fait la part belle au HDMI, est assez complète et de belle qualité. Ici encore on retrouve l’ADN Home Cinéma du produit puisque, outre les connecteurs HDMI, le NR1200 se dote de deux sorties pour caisson de graves. Elles pourront être mises à profit pour offrir plus d’assise à des enceintes de petit format, tant pour la restitution des bandes‑son cinéma que durant l’écoute de musique.

 

 

Dernières précisions, matériel multimédia par excellente, le Marantz NR1200 intègre la dernière fonctionnalité phare en la matière, la possibilité d’être contrôlé par tous les assistants vocaux du marché, Amazon Alexa, Google Assistant ou Siri d’Apple. De même, outre la FM, le tuner est d’obédience DAB+ pour profiter dans un avenir proche de la RNT (Radio Numérique Terrestre) appelé à remplacer la radio en modulation de fréquence.

 


  CONCURRENCE

À notre connaissance, le NR1200 constitue un cas d’espèce. Il semble être le seul équipement du marché à oser associer certains spécificités issues du monde audiophile à d’autres piochées dans l’univers Home Cinéma.

 

Lire le verdict technique

place_holder
place_holder
place_holder