Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

International

Hong Kong : tensions également sur les exportations…

Alors que s’ouvre l’édition d’automne du salon de l’électronique de Hong-Kong (13 au 16 octobre), une étude publié par le HKTDC indique que, parmi les problèmes qui pourraient avoir un impact négatif sur les exportations de Hong Kong au cours des six prochains mois, les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis sont clairement l'une des plus préoccupantes pour les entreprises locales.

L’indice d’exportation HKTDC a chuté à 27,4 au troisième trimestre 2019, soit le troisième chiffre le plus bas jamais enregistré. Ceci laisse entrevoir de sombres perspectives pour la croissance des exportations de Hong Kong au cours des prochains mois. C’est également le sentiment des entreprises hong-kongaises, comme le souligne une enquête réalisée auprès d’eux. Selon l’enquête réalisée par le HK Research fin septembre, il apparaît que les entreprises  de Hong Kong sont de plus en plus négatifs quant aux perspectives à court terme de leurs principaux marchés d’exportation.

Les tensions commerciales persistantes entre la Chine et les États-Unis ont inévitablement contribué au pessimisme dominant concernant la croissance des exportations à court terme. Au total, 51,2% des répondants (+ 9,9% par rapport au deuxième trimestre 2019) ont estimé que leurs résultats à l'exportation avaient déjà été affectés, ce qui constitue la proportion la plus élevée à adopter depuis que le suivi des conséquences possibles a commencé début 2018.

La conséquence la plus répandue du différend commercial est que les acheteurs commandent moins. Les répondants indiquent également avoir partagé les coûts du tarif avec les acheteurs et annulé les commandes.

Pour l’avenir, plus de la moitié des répondants (61%) craignent que le différend ne porte atteinte à leurs activités à court terme. Au total, 33,2% des répondants estiment que le différend commercial constitue le principal obstacle à la croissance des exportations, mais 30,4% étaient plus préoccupés par le ralentissement de la demande mondiale.

L'indice des exportations de la HKTDC a plongé de 9,9 points à 27,4 au trois trimestre 2019. Cela laisse augurer de sombres perspectives pour la croissance des exportations de Hong Kong au cours des prochains mois.

 

L'Union Européenne en baisse de 5,5 points à 41,3%

Le Japon continue à être perçu comme le marché le plus prometteur (47,5%), mais il est toujours en baisse par rapport aux 49,6% accordés au trimestre précédent. Pour sa part, la Chine continentale est passée de 47,4 au second trimestre 2019 à 43,2, son plus bas niveau en 15 trimestres, alors que l'UE était en baisse de 5,5 points à 41,3. Dans l’ensemble, la région asiatique continue d’être considérée comme la plus prometteuse pour les exportateurs de Hong Kong.

Parallèlement au manque de confiance dans les perspectives de croissance globale des exportations à court terme, les exportateurs de Hong Kong sont également pessimistes en ce qui concerne le commerce offshore, à savoir les expéditions ne transitant pas par Hong Kong, mais traitées par les exportateurs de Hong Kong. 

 

Des commandes annulées et des acheteurs étangers qui négocient davantage

Parmi les répondants affectés négativement par le conflit entre la Chine et les Etats-Unis, la conséquence la plus répandue a été que les acheteurs ont commandé moins, avec 73,4% des répondants ayant déclaré avoir vécu une telle expérience, soit une hausse de 21% par rapport au 52,4% enregistré le trimestre précédent. En plus des réductions de commandes, 44,1% des répondants ont également indiqué que les acheteurs négociaient de plus en plus leurs prix, 27,7% ont déclaré avoir été obligés de partager les coûts supplémentaires liés aux droits de douane avec les acheteurs et 26,6% ont déclaré avoir vu des commandes annulées. 

En réponse au différend commercial entre la Chine et les États-Unis, de nombreux exportateurs de Hong Kong ont eu recours à un certain nombre de stratégies visant à atténuer ses conséquences les plus graves. Dans le même ordre d'idées, une proportion non négligeable de répondants (45,3%) ont cherché à créer des marchés alternatifs aux États-Unis, tandis qu'environ un quart (23,9%) ont unilatéralement réduit leurs prix unitaires. En outre, 23,4% ont délocalisé leurs bases de production / approvisionnement, dont 32,7% ont transféré leur activité au Vietnam, 16,4% au Cambodge et 10,9% en Inde. En outre, un répondant sur cinq (19,9%) a réduit la taille de son entreprise, tandis que 14,9% ont réduit leur quantité minimum de commande, en raison du fait que les acheteurs commandent maintenant moins.

En ce qui concerne l'avenir, les entreprises de Hong Kong sont devenus plus pessimistes quant aux conséquences, selon elles, du différend commercial entre la Chine et les États-Unis sur leurs entreprises à court terme. En effet, le pourcentage de celles qui s'attendaient à un résultat négatif est passé de 54,7% à 61%, tandis que ceux qui espéraient éviter tout effet négatif sont passés de 44,3% au à 38,6%.

 

En savoir plus

Droits de douane sur les importations chinoises : le patron du CES Las Vegas monte au créneau 04/09/2019

place_holder
place_holder
place_holder