Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Le regard d'AVCesar

IFA 2019, quelles innovations en TV, audio et téléphonie ?

Que s'est-il passé durant l'édition 2019 dans les domaines de l'image, du son et de la téléphonie ? Pour notre partenaire avcesar, l'IFA n'a pas été "un grand cru" , tout en précisant qu'il est difficile de "faire la révolution tous les ans". De grandes tendances se dessinent toutefois, comme la 8K et la 5G, avec la sortie de beaux produits détaillés dans ce regard berlinois d'avcesar... 

    "La manifestation berlinoise reste évidemment incontournable pour le marché des biens électroniques, en plus de marquer la reprise de l’effervescence commerciale de la période Back to School (la rentrée), dernière ligne droite avant les deux grands rendez‑vous de fin d’année, le Black Friday du 29 novembre et les fêtes de Noël.

 

 

Les constructeurs TV ont pris le pouvoir

Certes, les annonces TV de l’IFA de Berlin 2019 n’auront pas été aussi palpitantes que les précédentes années. La marque la plus active en la matière se nomme Philips avec la présentation officielle des séries Philips OLED+934Philips OLED+984 et Philips OLED754. Les deux premières intègrent une barre de son Bowers & Wilkins, la troisième affiche des tarifs très attractifs pour qui souhaite acquérir un TV Oled  à moindre prix sans sacrifier la qualité d’image.

 


Les autres nouveautés produits étaient l’œuvre des constructeurs chinois Hisense et TCL avec d’une part un spécimen Uled XD Ultra HD/8K, un LCD capable de rivaliser avec les contrastes de l’Oled, d’autre part les Laser TV TriChroma et Sonic Laser TV basés sur un vidéoprojecteur ultracourte focale délivrant une très grande image avec un recul minimum. De son côté, TCL présentait son téléviseur Mini LED prévu en magasin en fin d’année, le premier du genre et une série QLED pour 2020.

 

 

 

Mais le fait marquant de l’IFA de Berlin 2019 concerne la quasi‑absence de téléviseurs Ultra HD/4K sur les stands de LG et Samsung, les deux leaders du marché TV mondial. Excepté les séries TV design The Frame et Serif chez Samsung, et la TV Oled R9 enroulable chez LG, destinées à un public féru de mode et d’objets d’art, les TV 8K étaient de sortie en nombre sur leur stand. L’unique nouveauté TV Samsung était d’ailleurs un modèle 55'' (140 cm) 8K, le Samsung QE55Q950R.

 

Lorsque le numéro 1 ou le numéro 2 mondial d'un marché de masse s'exprime, tout le monde écoute… A fortiori, lorsque les deux parlent d'une même voix, le message est on ne peut plus clair, l’industrie de l’écran TV se dirige à marche forcée vers la 8K.

 

 

Que les contenus 8K natifs ne soient pas encore à l’ordre du jour n’est pas un problème, les constructeurs comptent bien mettre en avant des traitements d’image de plus en plus perfectionnés pour afficher une qualité d’image en hausse (à la manière des constructeurs de smartphones dont les terminaux premium proposent des clichés proches de ceux des reflex via de puissants traitements logiciels). Les constructeurs TV, Samsung et LG en tête, ont définitivement pris le pouvoir sur les créateurs de contenus. Et l'avertissement a été reçu fort et clair par toutes les marques TV, jamais autant de diffuseurs 8K n’avaient été présents sur un salon.

  

La 5G prend ses marques

Une autre tendance était perceptible à lIFA de Berlin 2019, l’intégration annoncée de la technologie 5G au sein des téléviseurs. On vous en parle depuis un moment dans les colonnes d’AVCesar.com (cf. par exemple notre dossier TV 8K Samsung Q900R, le TV du futur existe déjà), la technologie de diffusion des contenus va considérablement évoluer dans les années à venir.

 

Pour faire court, d’ici 2025, en plus d’un tuner TNT (pour rappel, la loi française stipule que les fréquences de la TNT sont garanties jusqu’en 2030), les téléviseurs vont progressivement embarquer un tuner 5G dans le but de recevoir par exemple des programmes sportifs, cinéma et/ou séries, récurrents ou événementiels. Certains droits de diffusion, de plus en plus bataillés, échapperont en effet aux chaînes TV traditionnelles pour atterrir dans l’escarcelle d’autres diffuseurs, pourquoi pas issus des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon).

 

Ces derniers sont en pleine structuration sur le sujet et comptent fidéliser leurs clients avec ce genre de contenus. Amazon a par exemple déboursé 65 millions de dollars en 2017 pour diffuser dix matchs de football américain chaque jeudi soir pendant la saison. Et la firme de Jeff Bezos a acquis une partie des droits de diffusion du tournoi de Roland Garros pour la période 2021/2023, en plus de 60 matchs de Premier League (championnat de football anglais) pour les années 2019, 2020 et 2021, soit vingt matchs par saison. De son côté, depuis 2018, Google diffuse gratuitement l’intégralité du championnat de football brésilien dans une trentaine de pays, y compris la France. Pas en reste, Facebook a décroché les droits de matchs de baseball aux États‑Unis.

 

 

Avec l’ambition de vendre plus de chaussures de sport ou le maillot de la nation vainqueur de la Coupe du Monde de Football, il n’est plus inenvisageable de visionner les matchs de la compétition sur Amazon Prime. Ou de suivre les Jeux Olympiques de Los Angeles en 2028 sur YouTube, au prix d’un ciblage publicitaire pointu accepté par le téléspectateur. Seule la société Apple n’est pas entrée dans la danse des droits de diffusion. Pour combien de temps encore ?

 

Bref, avec une propension de plus en plus forte des Gafa, dont le terrain de jeu initial est le Net, à jouer les producteurs/diffuseurs de contenus, le téléviseur va inéluctablement évoluer. Notamment sa fonction Smart TV appelée à passer à la 5G. D’autant plus que la 8K arrive. Gourmande en bande passante, celle‑ci sera exclue de la TNT sous peine de réduire drastiquement l’offre télévisuelle (une seule chaîne 8K occuperait, au minimum, un répéteur complet comptant aujourd’hui une demi douzaine de chaînes TV). Avec la 5G, le problème ne se pose plus vraiment, sa bande passante autorisant le transfert simultané de plusieurs dizaines de signaux 8K.

 

Smartphone et réalité augmentée

Côté smartphones, même si l’IFA 2019 a vu les annonces du LG G8X ThinQ et l’Asus ROG Phone 2, un spécimen dédié aux amateurs de jeu vidéo nomade, le rendez‑vous berlinois de la rentrée ne s’impose toujours pas sur le secteur de la téléphonie mobile. Idem pour les montres connectées où les grands acteurs que sont Apple, Huawei et Samsung choisissent tous d’organiser un événement dédié pour dévoiler leurs nouveautés, parfois même pendant l’IFA de Berlin. Ainsi, Apple a présenté ses nouveautés smartphones et son Apple Watch Series 5 le 10 septembre, juste avant que l’IFA de Berlin ne ferme ses portes.

 

En revanche, il est un flop pleinement consommé en 2019 à l’IFA, c’est la VR ou RV, réalité virtuelle. Alors que les halls regorgeaient de casques VR jusqu’en 2018, cette catégorie de produit a déserté les allées du salon. Certaines rares solutions étaient bien présentées, mais elles émanaient de start‑up ou visaient les professionnels. Excepté les applications pro et le marché du jeu vidéo (Occulus et PlayStation VR en tête), la réalité virtuelle fait un flop auprès du grand public. Sans doute faudra‑t‑il attendre le PS VR2 (pour la PlayStation 5) pour que le secteur retrouve un peu d’allant. À moins que la réalité augmentée, dont on attend toujours les spectaculaires applications, n’emporte le morceau, ce qui est de plus en plus probable.

 

Quid de l’audio à l’IFA de Berlin 2019 ?

Enfin, sur le secteur audio, les barres de son, les enceintes Bluetooth et les casques dominent toujours la donne à l’IFA. Cette année marque le retour de Philips sur le marché avec une gamme de casques riche de références (cf. notre actualité IFA 19 > Casque Philips PH805 : Bluetooth et réduction de bruit active avec mode Awereness) et variée en termes de modèles : intra‑auriculaires, True Wireless, supra‑auraux, circumauraux, filaires ou Bluetooth. De même chez TCL dont les modèles annoncés au printemps aux États‑Unis débarquent en Europe.

 

 

Côté barres sonores, la bataille va encore s’intensifier dans les semaines et mois à venir avec l’arrivée sur le marché de Sharp et de TCL. Les démonstrations des unes et des autres (spécimens Dolby Atmos 5.1.2 Sharp HT‑SBW800 d’un côté et Dolby Atmos 3.1 TCL Ray.Danz de l'autre) promettent une empoignade intéressante, au moins en termes de performances.

 

 

Enfin, fidèle au poste, le constructeur américain Harman Kardon/JBL a cette année encore profité de l’IFA de Berlin pour dévoiler pléthore de nouveaux produits, au premier rang desquels les enceintes JBL Pulse 4 et JBL Flip 5 et la barre de son Smart Android TV JBL Link Bar. Côté barres de son et systèmes Home Cinéma, c’est Harman Kardon qui est en vedette avec le système HK Surround 5.1 sans‑fil, pratique et joli, basé sur la technologie Wisa.

 

 

Conclusion

Vous le constatez, l’édition 2019 du salon IFA de Berlin ne restera pas dans les mémoires des amateurs de produits audio‑vidéo, la faute à un manque de nouveautés technologiques et des compléments de gamme en petit nombre.

 

Une conclusion en deux temps s’impose. En premier lieu, comme évoqué dans l’introduction de cette actualité, il est impossible de faire la révolution technologique chaque année, même en considérant toutes les familles audio et vidéo du marché des biens électroniques, téléphonie mobile comprise.

 

Ensuite, les salons ne sont plus les grand‑messes d’antan où les constructeurs et marques concentraient leur présentation de nouveaux produits et/ou stratégie. Désormais, grâce ou à cause des médias en ligne accessibles en permanence par le consommateur, mais aussi pour ne plus être noyées dans la masse des annonces d’un salon et être plus et mieux audibles, les sociétés procèdent à des communications tout au long de l’année, les plus importantes d’entre elles n’hésitant plus à créer l’événement en organisant leur propre manifestation."


 
place_holder
place_holder
place_holder