Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Le regard d'AVCesar

Test de l'enceinte nomade JBL Charge 4

Bientôt l'été avec davantage de  mobilité sous les soleil, à la plage, entre amis… Et pour que la musique nous accompagne partout et en puissance, rien de tel qu'une enceinte nomade. La JBL Charge 4, vendue  à 199 euros, est étanche, Bluetooth et fait du bon son. Et a été testée par notre partenaire avcesar.com...



 
 
Chaque année, à l’approche de l’été, vous êtes nombreux à nous questionner sur le choix d’un diffuseur audio doté de nombreuses qualités : reproduction sonore, poids contenu, forte autonomie, ergonomique (donc Bluetooth), robuste, étanche… Bref, une vraie quadrature du cercle. Et pourtant, accusant réception des mêmes souhaits de la part des utilisateurs, le constructeur américain JBL propose dans sa gamme avec l’enceinte Charge 4 un produit qui répond à tous ces besoins.
 


 
 
Fonctionnalité PowerBank intégrée

Déclinaison de la JBL Charge 3, la Charge 4 en reprend les principales spécificités. Elle adopte également le même design et ces deux enceintes se ressembleraient comme deux gouttes d’eau si leurs dimensions étaient identiques. En fait, la JBL Charge 4 est légèrement plus volumineuse que sa petite sœur, c’est là leur principale différence. Mais cet embonpoint ne nuit en rien à sa vocation d’enceinte nomade. Pour le reste, beaucoup de similitudes sont présentes. En premier lieu, patronyme oblige, on retrouve la fonctionnalité PowerBank, pour venir au secours d’un smartphone à cours de batterie par exemple, ainsi que l’étanchéité. Une spécificité appréciable en été qui permettra à la Charge 4 d’accompagner son possesseur durant ses activités nautiques. À savoir, une prise USB logée à l’arrière de la Charge 4 est dédiée à la fonctionnalité de PowerBank. Cependant, elle ne permet pas de lire les contenus d’une clé USB ou d’un disque dur nomade. Ce port USB reste donc exclusivement dédié à la fourniture du courant de recharge d’un autre équipement. À savoir encore, la recharge de la batterie interne de la JBL Charge 4, d’une capacité conséquente de 7 500 mAh, se fait par l’intermédiaire d’un connecteur USB‑C. Cette connectique lui permet de disposer de la fonction charge rapide. Seules 4 heures suffisent pour une recharge complète.
 
 
2 HP + 2 radiateurs passifs

Côté son, pour un grave ample et profond, comme sur sa petite sœur, des radiateurs passifs prennent place aux extrémités du boîtier de la JBL Charge 4. Ici encore, l’accroissement du volume de la Charge 4 a permis à JBL d’augmenter légèrement leur diamètre pour une meilleure tenue dans le grave profond. De même, pour mieux répondre aux exigences d’une utilisation mobile en plein air, la Charge 4 gagne légèrement en puissance. Elle délivre 2 x 15 W contre 2 x 10 W pour la Charge 3. Pour cela elle met à contribution des étages d’amplification numérique, à très haut rendement. Comme c’est toujours le cas en amplification numérique ce choix technologique lui permet de conserver une excellente autonomie, même à niveau d’écoute soutenu. Enfin, deux haut‑parleurs rectangulaires large bande se chargent de la restitution sonore.


  


 

Protocole JBL Connect+

Pour accéder aux contenus d’un smartphone, la JBL Charge 4 exploite une liaison Bluetooth 4.2 assez conventionnelle. Elle offre une bonne qualité de transmission des flux numériques. De plus, la Charge 4 est compatible JBL Connect+. Rappelons que ce protocole propose de connecter simultanément plusieurs enceintes à une même source. Cette solution permet d’accroître quasiment à l’infini la puissance sonore disponible. JBL annonce que son protocole d’interconnexion est capable de jumeler ainsi plus d’une centaine d’enceintes simultanément… De quoi faire effectivement « beaucoup de bruit » ! Enfin, pour les équipements plus anciens, l’enceinte Charge 4 dispose toujours d’une entrée analogique sur prise mini‑Jack 3,5 millimètres. Ainsi, un cordon Jack/Jack offre par exemple la possibilité de la connecter à la sortie « casque » de tout équipement analogique en possédant une, par exemple.
 
 
Certification IPX7

L’ensemble de cette connectique est regroupé sur sa face arrière au sein d’un logement spécifique fermé par une trappe en caoutchouc souple. Elle garantit une étanchéité totale une fois refermée, conforme à la norme IPX7.
Il est bien évident, mais ça va quand même mieux en l’écrivant, que si un appareil est connecté, que se soit pour une recharge en USB ou sur la prise Jack, la JBL Charge 4 perd son étanchéité. À noter que, toujours pour préserver l’étanchéité de la Charge 4, les poussoirs de mise en service de couplage Bluetooth et de réglage du niveau sonore prennent l’aspect de touches caoutchoutées. Enfin, pour offrir à la Charge 4 une touche d’originalité, JBL la décline en une grande variété de teintes allant du pastel à l’acidulé tout en préservant aussi des couleurs plus traditionnelles, comme le noir, pour répondre au mieux aux attentes de chacun.


 

Concurrence

Marshall propose l’Action II Bluetooth (249 €) une petite enceinte au look vintage directement déclinée des équipements professionnels de la marque. En revanche, dépourvue de batterie interne, elle est réservée à un usage domestique.
L’enceinte Sony SRS‑XB41(199 €)dispose d’une connexion Bluetooth assistée par NFC. Étanche et doté d’une autonomie atteignant 24 heures, elle intègre un jeu de lumière pour animer vos soirées en plein air.
Avec la Swell (199 €), Cabasse nous présente sa vision de l’enceinte nomade. Récompensée par un Diapason d’or, cette enceinte s’adresse à un public audiophile orienté vers l’écoute de musique classique. Le couplage de deux enceintes est possible pour une écoute en « vraie stéréo ».
 
 
La suite du test avec verdict technique à lire ici

place_holder
place_holder
place_holder