Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Start-up

Bob de Daan.Tech, un mini lave-vaisselle aux grandes ambitions

Tu La jeune start-up Daan.Tech fait le buzz. Elle vient de lancer les précommandes de son mini lave-vaisselle baptisé Bob. Proposant de laver seulement deux couverts, ce petit appareil a pour ambition de faire jeter l’éponge à tous, y compris aux utilisateurs en mal d’espace. Si la volonté première des jeunes fondateurs est d’arriver à finaliser leur produit pour l’industrialiser, ils ont plein d’idéaux en tête. Nous avons rencontré Bob et ses inventeurs.
 
Alexandra Bellamy

Damian Py et Antoine Fichet, cofondateurs de Daan.Tech, se sont rencontrés à BPI France (banque d’investissement qui soutient les entreprises). Antoine raconte avoir découvert les joies du lave-vaisselle en colocation, après s’être envolé du nid familial qui ne s’en était jamais équipé. Arrivé dans son petit appartement parisien, il cherche donc à s’équiper du précieux appareil dont il n’envisage plus de se passer, mais déchante : même les modèles compacts ne trouvent pas leur place dans sa petite cuisine. C’est ainsi que naît l’idée de concevoir un mini lave-vaisselle, qu’il développera avec Damian, rencontré en 2015.
Depuis, la start-up a fait du chemin et bénéficie de nombreux soutiens, entre autres de la Commission Européenne, via son agence exécutive pour les PME. Elle a aussi remporté le concours French Tech Diversité il y a un an (ce qui a permis de se consacrer à ce projet à plein temps). 

Les deux co-fondateurs de Daan.Tech : Damian Py (gauche) et Antoine Fichet

 

Les jeunes gens évoquent l’alternance des phases d’euphorie et de découragement, rappelant à quel point il est difficile de passer d’une idée à un produit fonctionnel industrialisable. En les écoutant, on a envie qu’ils réussissent leur pari.

En tout cas le concept a séduit le jury du Start-Up Lab by Foire de Paris puisque Bob a remporté le deuxième prix et le prix du public
 
L’idée de démocratiser le lave-vaisselle

 

Bob a donc été conçu pour s’intégrer dans de petits espaces. Il mesure seulement 33 cm de large pour 47 cm de haut et autant de profondeur : pile les bonnes dimensions pour être posé sur la paillasse d’un évier. D’ailleurs Daan.Tech a pensé à tout pour limiter les contraintes : Bob ne nécessite pas d’être branché sur une arrivée d’eau (même si cela est possible), ni sur une évacuation. Il embarque en effet un réservoir de 3 L, tandis qu’un tuyau paré de ventouses assure l’évacuation directement dans l’évier. L’appareil accueille seulement 2 couverts. Il espère donc potentiellement s’adresser à « 7 millions de foyers d’1 à 2 personnes ». Au passage, la start-up explique que Bob ne cible pas exclusivement les personnes seules ou les couples : des professionnels ont fait part de leur intérêt, par exemple des vignerons.

Bob dispose de paniers modulables conçus sur mesure, d’un panier à couverts utilisant des ultrasons, et propose des cycles rapides. Car selon Daan.Tech, il n’est pas envisageable d’attendre une heure la fin d’un cycle pour deux couverts. Ainsi Bob est-il en mesure de laver en 20 minutes, en utilisant de l’eau très chaude (70°C). La consommation d’énergie ne s’envole pas, puisque la quantité d’eau à chauffer est moindre (3 L, pour rappel).


Tout semble avoir été pensé dans les moindres détails. Reste à savoir si le jeu en vaut la chandelle : est-il vraiment utile de s’équiper d’un lave-vaisselle pour laver deux couverts ? De plus, même si Bob est compact, le rapport encombrement/service rendu peut tout de même poser question. Si nous pouvons rester dubitatif sur ce point, Daan.Tech a enregistré 2000 précommandes en une journée ; il y a donc peut-être un marché pour Bob.


L’argument de l’économie d’eau et d’énergie


Parmi les arguments qui devraient finir de nous convaincre, Daan.Tech dégaine celui de l’économie d’eau. Si celle-ci est évidente à l’utilisation d’un grand lave-vaisselle et si Bob ne consomme que 3 L par cycle, nous sommes un peu sceptique. Et ce malgré l’affirmation de Daan.Tech selon laquelle une vaisselle pour deux personnes faite à la main consommerait une quinzaine de litres d’eau.
Quant à la consommation électrique, on ne peut que féliciter les jeunes cofondateurs de s’en être préoccupés de deux manières. D’abord, dès que Bob a terminé son cycle, il se « déconnecte » du secteur évitant de consommer en veille. De plus, en fin de cycle, la porte s’ouvre pour faciliter le séchage sans consommer trop d’électricité. Bob affiche une classe énergétique A++.
 
De grandes ambitions, pas seulement sur les ventes

 

Un appareil baptisé Bob en clin d’œil au dessin animé Bob l’éponge, une petite musique de jeu vidéo qui retentit lorsqu’on le met en service : non, les jeunes gens ne se prennent pas au sérieux et cela apporte un peu de fraîcheur à la French Tech. Les fondateurs sont aussi pleins d’idéaux. C’est louable, mais espérons que la jeune start-up soit bien consciente des implications de ses choix et de ses annonces.

D’abord concernant la réparabilité. Ils ont prévu un cordon d’alimentation détachable et standard, ainsi qu’une ouverture facile du châssis, en dévissant seulement 4 vis. Là, nous leur tirons notre chapeau d’y avoir pensé assez tôt dans le développement du projet. En revanche, lorsque Daan.Tech s’engage à fournir des pièces détachées pendant 10 ans alors que Bob n’est même pas encore entré en phase d’industrialisation (prévue en fin d’année, pour une livraison avant l’été 2019) – n’est-ce pas aller un peu vite en besogne ? À cette étape du développement de son petit lave-vaisselle, Daan.Tech annonce en effet que les pièces détachées pour Bob (au format spécifique étant donné son gabarit hors norme) seront disponibles pendant 10 années à prix coûtant ; 10 ans c’est quasiment la durée maximale.

 

Nous sommes tout aussi mitigés quant à l’annonce d’un Bob made in France, et ce même si nous adorons l’idée. Daan.Tech insiste sur sa volonté que son appareil soit le seul lave-vaisselle fabriqué en France, puisqu’il n’y en a plus aucun depuis 2016. Chaque semaine, la start-up travaille sur Bob avec les équipes de l’ancienne usine de Fagor Brandt (en partie fermée en 2014, qui fabrique désormais du PEM en marque blanche). L’idée n’est pas seulement de fabriquer dans l’Hexagone mais aussi de « sauvegarder un savoir-faire en France ». On aurait presque envie d’applaudir des mains et des pieds, seulement voilà… Bob est lancé à 199 € en précommande et sera ensuite vendu à 299 € - en vente directe et livraison comprise. Le tout, rappelons-le, avec des pièces quasiment sur-mesure comme ses paniers et pas mal d’électronique (d’autant qu’en prime, Bob est connecté). On peut légitimement douter de la faisabilité du made in France dans ces conditions et à un tel tarif. D’autant qu’actuellement, Daan.Tech enregistre quasiment 3000 précommandes (presque 4 000 il y a peu NDLR) – un succès, certes, mais on demeure loin d’une fabrication à grande échelle.
Oui, fabriquer en France est un choix industriel, mais il implique de lourds investissements et c’est un peu un parcours du combattant – nous avons vu d’autres entreprises s’y coller. Alors loin de nous l’idée de décourager Daan.Tech ; nous leur souhaitons évidemment de fabriquer Bob en France sans encombre et d’éviter les pièges que d’autres n’ont pu contourner. Mais si nous avions un conseil à leur donner, nous les inciterions à la prudence.


Un produit qui a encore du chemin à faire

 

Si les précommandes sont lancées et si nous avons pu avoir un premier contact avec Bob, l’équipe a encore du pain sur la planche avant la phase d’industrialisation. Car si le discours se veut enthousiasmant, la démonstration prouve que le chemin est encore long. Bob pourra être piloté directement via des boutons en façade ou à l’aide d’un smartphone. Lors de la démonstration, Daan.Tech a choisi un lancement via smartphone qui a eu un peu de mal à se mettre en place. De plus, nous espérions voir Bob s’ouvrir comme un grand en fin de cycle, mais il en avait décidé autrement, refusant même de procéder à la vidange à la fin du programme. Nous n’avons donc pas pu juger de ses performances de lavage sur des assiettes souillées de ketchup. En bref, pour pouvoir être convaincus par ce mini lave-vaisselle, il nous faudra attendre d’en voir une version vraiment fonctionnelle.

place_holder
place_holder
place_holder