Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

IFA 2018

Connectivité et inventivité dans les allées de l'IFA 2018

Le développement de l'offre Smart Home est de plus en plus visible dans les allées des grands salons internationaux comme l'IFA. La présence massive de Google et de ses dizaines d'"assistants humains" présents dans tous les halls en est la confirmation. Une connectivité qui devient de plus en plus simple à démontrer, en terme d'usage consommateur. Et l'IFA, c'est aussi l'inventivité, avec de jeunes marques qui proposent des produits que Neomag a voulu mettre en lumière...

Alexandra Bellamy

 

 

 

 

 

La maison connectée devient plus intelligente, autonome et obéit à la voix

En matière de smart home, la première chose à retenir est l’omniprésence de l’assistance vocale. L’assistant Alexa est présent à travers certaines démonstrations et sur le stand d’Amazon, mais Google met les bouchées doubles.

 

 

Partout dans le salon, notamment sur chaque stand utilisant une enceinte intelligente Google Home pour une démonstration, un représentant de Google était présent, identifiable avec sa salopette blanche rehaussée du logo Google.
Dans ce domaine, Grundig propose une démonstration très convaincante de cuisine du futur, qui met en lumière les possibilités offertes par la connectivité et l’assistance vocale.

 

 Grundig : comprendre les atouts d'une cuisine connectée


Sans surprise, la maison connectée se développe. Les solutions deviennent plus accessibles, plus simples à installer et faciles à utiliser. Elles exploitent également des algorithmes de plus en plus puissants, en mesure d’apprendre des habitudes du foyer. Le fonctionnement de la maison intelligente devient invisible pour l’utilisateur, car les solutions fonctionnent de manière autonome. Si bien que l’utilisateur n’a plus qu’à suivre les conseils ou collecter les données transmises par les applications et se délecter des résultats. Les nouveautés présentées par Netatmo et de Tado° en sont de bons exemples.

Le spécialiste français des objets connectés Netatmo lance officiellement Velux Activ with Netatmo. Le système vise à rendre les fenêtres Velux intelligentes et autonomes, pour assurer renouvellement de l’air du foyer, mais aussi température et niveau d’humidité idéaux.
La marque allemande Tado° présente pour sa part une nouvelle version, V3+, de son système de climatisation intelligente, encore plus autonome et intelligente. Le boîtier qui sert de base ne mesure plus seulement la température, la luminosité et l’humidité, mais aussi la pollution de l’air intérieur (données que l’application croise avec les mesures de pollution de l’air extérieur des villes). Ainsi l’application affine-t-elle ses conseils, proposant par exemple d’aérer à certaines heures, en tenant compte de la pollution, de la météo et des besoins en chauffage. Sachant que Tado° utilisait déjà la géolocalisation du smartphone des habitants du foyer et les prévisions météo, sa solution devient encore plus complète. Dans le même esprit, elle lance bientôt en France un service de réparation de chaudières, qui surveille le système en continu et détecte l’éventuelle faiblesse d’une pièce. L’utilisateur pourra être mis en relation avec un professionnel directement via l’appli pour prendre un rendez-vous.


On voit aussi se multiplier les solutions de surveillance, évidemment, ainsi que les serrures connectées, qui fleurissent sur de nombreux stands : Somfy, Yale (du groupe suédois Assa Abloy qui détient aussi la célèbre marque Vachette) ou encore l’autrichien Nuki. Ce dernier présente un Keypad (79 €) à associer avec sa serrure Smart Lock (229 €) déverrouillable à distance. Ainsi la serrure connectée de la marque peut-elle aussi être ouverte grâce à un code à 6 chiffres, plus seulement à l’aide d’un smartphone ou d’un badge.
 

 

En cuisine : produits malins - connectés ou non - et prospective

Dans le domaine de la préparation culinaire, de nombreux appareils deviennent connectés. Mais ils n’ont pas forcément besoin de connectivité pour être malins. À l’instar des blenders de la jeune marque Senya, pensés pour offrir un usage pratique au quotidien. La marque présente un blender pourvu d’un panier vapeur souple extensible, à utiliser avec un programme dédié à la cuisson vapeur. 

 


Sur son stand, Philips présente un blender connecté High Speed Connected Blender. Son application propose des recettes saines en adéquation avec les objectifs nutritionnels de l’utilisateur. L’appareil, lui, n’arbore plus qu’un seul bouton puisque tous les réglages lui sont transmis par l’application.

Dans cet esprit, Kuvings va un peu plus loin avec son extracteur de jus connecté (lancement en France en novembre à 690 €) qui s’érige en coach nutritionnel. Dans l’application, l’utilisateur ne renseigne que son âge, son sexe, sa taille et son poids, puis pose ses pouces sur les deux petites « tiges » dont est pourvu l’extracteur. Selon le même principe que les pèse-personne à impédancemètre, il collecte des données comme la masse grasse, la masse hydrique, musculaire… En fonction des résultats, l’application propose alors des recettes adaptées au profil de l’utilisateur : détox, réhydratation, régime...

Si ces appareils prodiguent des conseils nutritionnels personnalisés, la marque Silk’n personnalise encore plus les conseils de régime – peut-être un peu trop ? En effet, l’annonce est « spectaculaire » : plutôt qu’un produit, DNAssist est un service (489 €), qui propose un coaching personnalisé comprenant régime alimentaire et exercices physiques. Sa particularité ? Il se base sur une analyse d’ADN pour fournir des conseils ciblés prenant en compte le patrimoine génétique.

La marque Medion présente sur l'IFA veut être aussi sur le marché du Smart Home et du bien-être avec son offre life +. Toute une gamme d'objets connectés avec une application dédiée et créée par le groupe allemand.

 

                                                         Medion Life +

En complément des appareils de préparation culinaire, les potagers connectés sont toujours tendance. Ceux de la marque finlandaise Plantui attirent notre attention pour leur forme originale et la possibilité de les suspendre comme des jardinières (déjà vendus en France de 150 € à 265 €).

 

Nous ne sommes pas les seuls à avoir succombé, puisque Bosch a lié un partenariat avec Plantui et lancera ces potagers en France sous sa propre marque en mars prochain.
À l’état de concept, nous croisons sur plusieurs stands des vidéoprojecteurs avec détection de mouvements utilisés en cuisine : Electrolux fait une démonstration en utilisant un appareil existant de Sony et Bosch sort son petit vidéoprojecteur en Chine. Puisqu’en cuisinant on se salit les mains, l’idée consiste à projeter des recettes directement sur le plan de travail, sans plus avoir à toucher sa tablette ou son smartphone, puisque l’on surfe en effectuant des mouvements sur l’image projetée. Intéressant. 

 

Des aspirateurs-robots plus pratiques et plus intelligents 

Dans le domaine de l’entretien des sols, iRobot annonce sans vraiment le présenter son nouvel aspirateur-robot e5, qui a été commercialisé depuis l’IFA (499 €). Ce robot connecté a pour particularité son collecteur lavable.

Non loin de là, la marque chinoise Ecovacs fait le show. D’abord avec son robot nettoyeur de vitres de dernière génération Winbot X, qui fonctionne désormais sur batterie, donc sans câble d’alimentation, avec un unique filin de sécurité.

 

 

Mais surtout avec une gamme complète d’aspirateurs-robots, des plus simples et abordables aux plus élaborés, embarquant notamment des systèmes de nettoyage des sols à l’aide de lingettes humidifiées. Ecovacs mène aussi un étonnant travail sur l’intelligence artificielle et la reconnaissance d’objets qui interpelle. AIVI (Artificial Intelligence and Visual Interpretation) ne devrait pas être embarqué dans des robots de la marque avant 2020, mais le système est déjà très convaincant.

Grâce à une caméra avant qui s’ajoute au télémètre laser, le robot détecte les objets traînant au sol, les photographie et les reconnaît, ce qui lui permet de savoir comment les éviter. Essais probants avec des chaussures et pantoufles, un câble, des chaussettes, une gamelle… Demain, vous pourrez peut-être déléguer à votre robot l’envoi de notifs à votre ado pour lui rappeler de ranger ses chaussettes !

 

La Sommelière lance la première cave à vin connectée

Nous avons vu plusieurs prototypes de caves à vin connectées : les fabricants s’y essaient depuis un moment. Mais pour la Sommelière, cette année 2019 est la bonne : sa cave connectée sera lancée dans le courant de l’année. Le prix n’est pas encore déterminé mais comptez environ 300 à 500 € de plus que pour une cave équivalente non connectée. En l’occurrence, la démonstration fait ses preuves.

Il suffit de photographier l’étiquette d’une bouteille via l’application Vinotag pour que le vin soit reconnu et qu’un placement idéal soit proposé dans la cave de vieillissement : des diodes présentes en face de chaque emplacement s’illuminent. Celles-ci servent aussi à trouver rapidement une bouteille que l’on a en stock. Car évidemment, le but est aussi de faciliter la gestion des stocks, en prenant en compte chaque entrée et sortie de bouteille. L’application prodigue également des conseils : dates de consommation recommandées lorsque le vin arrive à maturité, accords mets et vins, température de dégustation idéale…

 

 

place_holder
place_holder
place_holder