Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Le regard d'AVCesar

IFA 2018 : les tendances audio, mobilité, enceintes connectées et multiroom

Suite des tendances IFA 2018 par avcesar.com. Après avoir évoqué l'image, notre partenaire nous parle du décollage des enceintes Smart Home, de la mutation du multiroom, des barres de son et un peu, de téléphonie.
 
 
Si le concept Smart Home était présent dans l’esprit de tous depuis quelques années, il éprouvait des difficultés pour passer de la théorie à la pratique. Le bouton connecté a semblé un temps en être le vecteur privilégié, jusqu’à l’avènement des enceintes intelligentes, c’est-à-dire dotées d’un assistant vocal. Après l’émergence en 2017 d’un large segment de marché dédié aux enceintes Smart Home, 2018 confirme l’intérêt du public pour ces produits. Outre Google et Amazon, la firme Apple s’est également lancé dans la course avec l’enceinte Siri HomePod (disponible depuis le mois de juin en France).
Cette année, la disponibilité de ces assistants vocaux s’élargit grandement avec leur intégration au sein de nombreux matériels audio et vidéo, pilotables directement ou à travers une enceinte Google ou Alexa. Par exemple, il sera bientôt possible de demander aux TV LG 2018, via Google Assistant, des informations sur le score d’un match de foot passé ou en cours, un comédien, la météo, etc. De même avec les amplis, les barres de son, etc. Mais c’est également le cas avec les luminaires, les volets roulants, le chauffage, etc.
Bref, avec la disponibilité croissante des compatibilités Google Assistant, Amazon Alexa et Apple Siri sur toujours plus de matériels électroniques, le marché Smart Home a trouvé sa voie(x). Les développements sont pléthore et vont, dans les années à venir, au gré des perfectionnements des interfaces vocales, modifier en profondeur les habitudes des consommateurs.



Le marché multiroom en mutation

 

Si les enceintes intelligentes servent de catalyseurs pour le marché Smart Home, elles transforment aussi le secteur de la Hi-Fi et du multiroom audio, en s’avérant souvent les seules enceintes connectées du foyer. Il est ainsi possible de profiter de sources Hi-Res Audio via de multiples enceintes sans-fil et/ou de configurer une chaîne sonore multiroom à la maison très facilement, via le réseau Wi-Fi, grâce à la fonction ChromeCast (Google), Alexa ou Airplay 2 (Apple). Des solutions plus simples que celles proposées par les marques historiques du secteur, Sonos en tête, qui imposent aux consommateurs un système « fermé » et peu modulaire. Avec les enceintes intelligentes, le multiroom est désormais une fonction supplémentaire, comme les autres.
Voilà qui ouvre de nouveaux horizons avec des matériels novateurs et pratiques. Netgear présentait par exemple l’Orbi Voice, un module Wi-Fi servant initialement à configurer un réseau sans-fil local fiable et ultra-rapide doublé d’une enceinte réseau Hi-Fi signée Harman Kardon, équipée d’Amazon Alexa. De même, Pure dévoilait l’enceinte AirPlay2 DiscoVR.
Dans le même temps, les marques Hi-Fi font le chemin contraire et intègrent de plus en plus les protocoles Google Assistant, Amazon Alexa ou AirPlay2. Le meilleur exemple n’est autre que Harman Kardon, constructeur américain réputé pour ses matériels audio, qui présentait à l’IFA sa nouvelle gamme Citation avec Google Assistant.
Capables de répondre à tous les besoins d’un passionné de son ou d’image, les enceintes Citation se déclinent du modèle « de table », type Google Home, en enceinte colonne traditionnelle pour profiter d’écoute stéréo, et en système Home Cinéma avec barre de son, enceintes surround et caisson de basses. Le tout sans-fil (en Wi-Fi), configurable à volonté via une application et interactif à la voix (sauf pour les surrounds et le caisson) grâce à Google Assistant.
On le constate, l’enceinte intelligente, l’enceinte connectée et l’enceinte Hi-Fi ne font maintenant plus qu’une pour le plus grand confort de l’utilisateur.

 

 

Sennheiser Ambeo

 

 

La barre de son évolue

 

Si l’édition 2017 n’avait pas été mémorable sur le secteur des barres de son, 2018 change la donne. D’abord avec un nombre croissant de références compatibles Dolby Atmos, chez Samsung notamment (HW-N850/N950), ce qui démontre la démocratisation du dernier format sonore 3D des laboratoires Dolby. Ensuite avec la présentation du modèle Sennheiser Ambeo. Si le constructeur allemand est connu pour ses casques et, surtout, ses matériels professionnels, il a jeté un pavé dans la mare avec l’Ambeo.
Dotée de 13 haut-parleurs et dépourvue de caisson de basses, elle a été développée en partenariat avec l’institut Fraunhofer, allemand lui aussi, et spécialisé dans le son 3D. Le résultat est tout simplement extraordinaire et vaut largement un système 5.1 classique. Outre la sensation de ressentir les sons en provenance des côtés et de l’arrière de la pièce d’écoute, le plus étonnant concerne la reproduction des basses, sans caisson dédié. Annoncée entre 2 000 € et 2 500 € début 2019, on espère que Sennheiser déclinera cette technologie rapidement sur des modèles plus accessibles.
 
Rendez-vous après le salon CES de Las Vegas, en janvier prochain, pour découvrir de nouvelles tendances du marché de l’électronique grand public, et vérifier si l’Amérique est toujours porteuse de riches promesses.


Wearables : fusion de la montre et du bracelet

 

Autre tendance palpable sur le salon IFA de Berlin 2018, la fusion de deux segments du marché « wearables », les bracelets connectés et les smartwatch. À l’instar des secteurs des smartphones et des appareils photo, où seule la catégorie du reflex numérique propose aujourd’hui un indiscutable surcroît de qualité, la montre connectée empiète largement sur les fonctionnalités des bracelets. Certes, ces derniers seront toujours plus utiles qu’une montre pour les consommateurs les plus exigeants ou aux activités extrêmes (sport de haut niveau…), mais pour tous les autres, soit l’immense majorité des utilisateurs, la montre connectée s’avère suffisante. Surtout depuis ses nouvelles aptitudes médicales qui offrent l’essentiel d’un bracelet dédié.  

 

Smartphones, toujours le parent pauvre de l’IFA de Berlin

 

Coincées entre la présentation traditionnelle du dernier-né de la série Samsung Note mi-août (excepté l’an dernier avec l’annonce du Note 8 à l’IFA) et la conférence Apple de septembre pour présenter les nouveaux iPhone, les dates du selon IFA de Berlin ne prédisposent pas aux annonces spectaculaires sur le marché des smartphones. Le grand show allemand de l’électronique est donc le plus souvent peu fourni en nouveautés de ce type. Seuls le Sony Xperia XZ3, le premier terminal Oled de la marque, et le Honor Play, terminal spécialisé jeu vidéo au tarif accessible, ont suscité un intérêt majeur et déplacé les foules sur l’IFA 2018.

 

place_holder
place_holder
place_holder