Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

E-commerce

Sellers Day : quand Cdiscount valorise les vendeurs de sa marketplace

Les plus grands e-commerçants ont ouvert leur espace de vente en ligne à des vendeurs tiers. Ces galeries marchandes virtuelles sont nommées «marketplaces» et sont essentielles dans la croissance des sites qui les hébergent. C'est pourquoi Cdiscount, qui  se revendique comme la plus grande marketplace européenne ayant un siège en Europe, a organisé la troisième édition du «Sellers Day», destiné à ses vendeurs partenaires. A cette occasion, Cdiscount a fait le bilan d’activité de sa marketplace et exposé sa stratégie qui se résume en deux axes : bichonner ses clients et prendre soin de ses vendeurs.

 

par Alexandra Bellamy

L’événement se déroule à l’hôtel parisien Méridien Etoile, à la porte Maillot. A 9 heures, la salle est déjà comble, composée des vendeurs de tous horizons et de toutes dimensions ; on en voit même arriver avec leurs enfants.
Les interventions se succèdent devant une foule enthousiaste, Jonathan Gorges (Directeur commercial de la marketplace Cdiscount) ouvrant le bal, Emmanuel Grenier (PDG de Cdiscount et en photo ci-dessous) clôturant la plénière.

 

 

Mehdi Tali, en charge de l’équipe commerciale de la marketplace, demeure l’un des plus applaudis. L’événement est à mi-chemin entre un séminaire de vendeurs en goguette et un show à l’américaine, ne se privant pas de «storytelling». Plusieurs vendeurs montent sur scène pour partager leur expérience ; l’un raconte comment Cdiscount lui a permis de sauver son activité, l’autre dit avoir l’impression de faire partie des effectifs du site… On explique aux vendeurs-partenaires, que leur avis compte - on les invite d’ailleurs à le donner pour améliorer la marketplace. Enfin, applaudis et remerciés, les «account managers», ces commerciaux qui accompagnent les vendeurs, sont largement mis en avant. Tout est fait pour donner le sentiment que derrière cet espace de vente dématérialisé, il y a de l’humain et que tout le monde y trouvera son compte.

 

 

Bilan positif et projections prometteuses

Le bilan 2017 du site Cdiscount est positif : croissance des ventes (GMV +10%), Black Friday record et augmentation de la part de marché. Les résultats de la marketplace sont tout aussi satisfaisants pour la filiale du groupe Géant Casino. Elle compte désormais plus de 10 000 vendeurs, répartis dans 70 pays du monde, dont 70% en Europe. En 2017, la marketplace a nettement amélioré le nombre de références produits proposées, passant de 21 à 30 millions en une année, pour atteindre 41 millions actuellement (classées dans plus de 40 catégories). Cdiscount dispose également d’une marketplace professionnelle (cdiscountpro.com), composée de 2 000 marchands.

En 2017, la marketplace a réalisé 32% du volume d’affaires de Cdiscount, ce qui représente plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires. 30% de parts de marché sont représentées par des biens techniques.

La marketplace est déjà cruciale dans la croissance de Cdiscount, elle va devenir incontournable. En effet, le revendeur estime qu’en 2021, les marketplaces représenteront 54% des parts des ventes sur Internet dans le monde, devenant le modèle principal. D’ici cette date, le taux de croissance du e-commerce en France est évalué à 11% ; 33% dans le cas des marketplaces. En 2021, le volume d’affaires des marketplaces en France pourrait être de 22,5 milliards d’euros, contre 7 milliards en 2017.

Dans son bilan, Cdiscount annonce fièrement que la satisfaction des clients croît, elle aussi : en 2017, son NPS (Net Promoter Score, qui sert à mesurer leur fidélité) a progressé de 15 points. Le taux de réclamation enregistré est inférieur à 0,7%. Le taux d’expédition à l’heure, lui, est de 98,6%.

Du côté des vendeurs, des améliorations ont été assurées également. A l’écoute des demandes, Cdiscount assure avoir éliminé des problèmes récurrents «irritants», facilité la modération des réclamations et amélioré le support marchand. Enfin, le délai de création des fiches produit a été raccourci. D’après Cdiscount, la préférence des clients est nette : ils se tournent vers les produits dont les fiches sont complètes. D’où l’importance de faciliter cette démarche pour les partenaires.

 

 

La stratégie de CDiscount pour faire grandir sa marketplace


Pour voir sa marketplace pousser encore, CDiscount annonce travailler sur quatre axes.

- l’augmentation du nombre de références produits 

Plus ce centre commercial virtuel grandit, plus les clients le fréquentent. D’où l’intérêt pour Cdiscount de prendre soin de ses partenaires vendeurs, pour les garder dans son escarcelle (en matière de marketplaces, la concurrence est rude), les inciter à proposer de plus nombreuses références et attirer de nouveaux partenaires. C’est aussi pour étoffer son catalogue que CDiscount facilite le travail des vendeurs : la création de leur catalogue est simplifiée, promet-on.

- proposer aux vendeurs des services, parmi lesquels le «Fulfilment»

CDiscount prend en charge le stockage, l’emballage, l’expédition et les éventuels retours de produits. L’e-commerçant annonce une croissance de +24% de GMV sur les produits confiés en Fulfilment. Les produits ainsi gérés bénéficient en outre d’une meilleure visibilité sur le site. Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount, estime que ce service est primordial. Selon lui, la «guerre» du e-commerce se gagnera sur le terrain de la livraison : ce que le client demande de plus en plus, c’est une livraison rapide et gratuite, ce critère est devenu aussi important que le prix de vente. «Etre capable de livrer le lendemain devient le standard du marché, c’est crucial». Le Fulfilment représente environ 20% de l’activité de la marketplace.

- développer un écosystème de services à destination des vendeurs.

CDiscount déclare «miser sur les relations humaines», promettant d’accompagner ses partenaires. Cela passe par l’attribution d’un account manager à chaque vendeur. Au-delà du conseil, cela permet de maintenir le lien humain et à en croire les réactions dans la salle, c’est apprécié.

- proposer de nouveaux outils aux vendeurs pour mieux toucher les clients

«Pour ne pas être une marketplace passive». Parmi ceux-ci, on peut citer des campagnes automatiques ciblées, de nouveaux emplacements sur mobile pour capter plus de trafic (50% annoncés), des statistiques en temps réel pour évaluer l’impact des campagnes…

Enfin, Cdiscount annonce d’autres ambitions de développement. Tout d’abord généraliser son offre «CDiscount à volonté», qui consiste en un abonnement pour les clients réguliers (29 € par an) : ils bénéficient ainsi d’une livraison rapide gratuite, d’offres réservées et d’abonnements offerts à la presse. L’enjeu est de taille puisque les clients abonnés commandent en moyenne trois fois plus que les autres.

Par ailleurs, Cdiscount met en place des partenariats internationaux, afin de proposer à ses vendeurs d’être visibles sur des marketplaces européennes. Pour l’instant, des partenariats avec trois sites ont été conclus : Real.de (Allemagne), eMAG (Roumanie) et ePRICE (Italie). Cette possibilité – sans abonnement mensuel complémentaire - est pour l’instant ouverte à 200 vendeurs européens, capables d’expédier à l’étranger.

 

Combien cela coûte-t-il aux vendeurs ?

Forcément, pour un vendeur, les chiffres brandis par CDiscount sont alléchants : 8,4 millions de clients actifs et 2 millions de visiteurs uniques par jour. Vendre sur la marketplace du e-commerçant français, n’implique «pas d’engagement, pas de frais de résiliation». Pas d’engagement certes, mais un abonnement mensuel, dont le coût s’élève à 39,99 € HT pour être présent sur une marketplace (grand public ou pro) ou 59,99 € HT pour être visible sur les deux.

Quant aux commissions applicables sur les ventes, elles dépendent de la catégorie de produits. Elles s’élèvent à 10/12% pour des appareils électroménagers neufs et à 5% pour des téléviseurs, par exemple. Ces commissions sont calculées à partir des prix de vente TTC auxquels il faut ajouter les frais de port (le montant minimal de la commission est fixé à 1,29 € HT).

Voir La grille complète...

En outre, CDiscount propose aux vendeurs de souscrire à des packs de services : pack Dragon, Leopard ou Eagle… Ils coûtent de 39,99 € HT/mois pour les services de base à 299,99 € HT/mois. Certains incluent des propositions comme le Fulfilment (gestion logistique), CDiscount Ads (pour améliorer la visibilité et la publicité ciblée), ainsi que des services d’impression facilitée d’étiquettes de transport, de personnalisation de boutique ou encore d’accès détaillé à des statistiques de ventes...
 

place_holder
place_holder
place_holder