Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Le regard d'AVCesar

Test du Yamaha RX-V683

Notre confrère AVCesar.com a testé l'amplificateur audio-vidéo MusicCast RX-V683 de Yamaha. Disponible en deux coloris (noir et titane) et proposé à 749 euros, cet appareil de milieu de gamme fait le plein d'étoiles tout en restant accessible.

 

 

L’un des derniers-nés de la gamme 2017/2018 Yamaha, le RX‑V683, se positionne en tant que modèle milieu de gamme. Ici, comme de tradition chez le constructeur nippon, ce n’est pas sur les spécifications intrinsèques de son produit, ni sur ses performances sonores, que la marque a jouées pour réduire son coût par rapport à ses équipements plus haut de gamme, mais plutôt sur les options et les fonctionnalités.

 

 
Configurations 5.2.2 ou 5.2 + 2.0


Ainsi, les capacités de restitutions du RX‑V683 sont plafonnées à une configuration 7.2. Précisons cependant qu’il reste compatible Dolby Atmos mais en se limitant alors à une configuration 5.2.2. Ce en quoi, il s’agit là d’une structure bien adaptée aux salons de taille moyenne. Peu d’utilisateurs sont, en effet, prêts à installer correctement jusqu’à onze enceintes, plus deux caissons de basse, dans leur salon pour disposer d’une réelle restitution 7.2.4. Bien sûr, le DTS:X est aussi de mise. Et il faut encore préciser qu’un amplificateur 7.2 autorise une configuration 5.1 dans le salon et une zone 2 stéréo. Le Yamaha RX‑V683 semble ainsi parfaitement en phase avec les attentes de la grande majorité des utilisateurs désireux de disposer d’un système audio vidéo performant, apte à restituer dans de bonnes conditions les bande‑son des films les plus actuels sans pour autant revoir de fond en comble leur aménagement intérieur.
 

 

Connectique essentielle


Dans le même ordre d’idée, la connectique est un peu moins riche que sur certains autres modèles plus coûteux. Néanmoins, si la face arrière du Yamaha RX‑V683 ne pend pas des allures de « régie centrale », la connectique présente est largement suffisante pour une installation domestique conventionnelle. Un point d’autant plus vrai qu’actuellement le HDMI tend à devenir la « liaison universelle ». Sur ce plan, le RX‑V683 n’est pas démuni puisqu’il ne propose pas moins de six entrées, dont une en façade. À savoir, cette dernière compte aussi un port USB Host pratique pour profiter de contenus stockés sur une clé idoine (cf. photo ci‑dessous). Et, certes, si la vidéo analogique fait figure de parent pauvre, avec seulement une entrée YUV et une entrée Composite, le RX‑V683 a la bonne idée de la numériser et de lui associer un Upscaling Ultra HD pour qu’un unique cordon HDMI permette au téléviseur d’accéder à l’ensemble des sources, qu’elles soient numériques ou analogiques.
 

 
Prêt pour l'Ultra HD/4K


On peut encore, ici, préciser que les prises HDMI 2.0b sont toutes d'obédience HDCP 2.2, compatibles Rec.2020 et 2 160p jusqu'en 4:4:4. De même, les compatibilités HDR10, HDR HLG et HDR Dolby Vision sont au programme. Enfin, toujours au niveau des spécifications, le Yamaha RX‑V683 profite d'un Dac Burr‑Brown 192 kHz/24 bits sur tous les canaux, affiche une distorsion harmonique totale de 0,06% pour un rapport signal/bruit supérieur à 110 dB et une réponse en fréquence de 10 Hz à 100 kilohertz.
 
Comme vous pouvez le constater, le Yamaha RX‑V683 assure l’essentiel, notamment en tirant parti des dernières générations de connecteurs. De même, un calibrage automatique est toujours au menu. Après cette description rapide du produit, place à l’usage et aux qualités intrinsèques du produit, ce qui nous permettra aussi d’aborder plus en détail certaines fonctionnalités proposées par la marque sur ce modèle.


 

 


Concurrence


Onkyo dispose dans sa gamme du TX‑RZ810. Un amplificateur 7.2 compatible Dolby Atmos et doté d’un upscaller Ultra HD proposé à 775 euros. Outre sa puissance généreuse, jusqu’à 300 W en 3 ohms sur les canaux frontaux, il dispose d’une connectique particulièrement riche pour l’audio. Enfin, sa technologie FlareConnect garantit une transmission sans fil compatible avec les flux 192 kHz/24 bits.
 
L’AVR-X3300 de Denon offre également des prestations comparables pour un prix de 585 euros. Lui aussi dispose d’une mise à l’échelle Ultra HD et de la gestion des flux Hi‑Res Audio 192 kHz/24 bits et DSD 5,6 mégahertz. Enfin, son contrôleur Wi‑Fi Dual Band autorise la fonction Wi‑Fi Direct pour communiquer avec les équipements compatibles sans passer par un routeur.
 
Marantz, pour sa part, dispose toujours du SR‑5011 disponible à 649 euros. Un amplificateur 7.1 très orienté réseau grâce à l’application qui l’accompagne. Elle simplifie l’accès tant aux services de diffusion de musique en streaming que celui aux contenus sur les ordinateurs, ou disques Nas, connectés au réseau domestique. L’application donne aussi accès à une multitude de réglages et de configurations, de manière beaucoup plus ergonomique que ce que proposerait une télécommande.

 

Lire la suite (Verdict technique)

place_holder
place_holder
place_holder