Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

La chronique de Vincent Dupayage

Vous n’aurez jamais une seconde chance de faire une première bonne impression

Partant de cette phrase très connue du moins connu David Swanson (Coco Chanel a dit aussi pareil mais en d’autres mots) Vincent Dupayage revient pour nous sur la force principale du vendeur face aux algorithmes et autres robots : le contact humain. Une force qui peut se transformer en faiblesse si certains fondamentaux ne sont pas respectés, comme nous l’explique ici notre chroniqueur…

J’ai voulu sur cette chronique et les suivantes disséquer les différentes phases de la vente sur le principe de l’ADAC. Ceci correspond aux différentes phases de la vente que je développe en formation : Accueil, Découverte, Argumentation et Conclusion.
Et comme ces quatre phases sont-elles mêmes composées de multiples « sous-phases », je me concentrerai pour cette chronique sur l’accueil…
Je voulais tout d’abord rétablir une vérité sur les vendeurs, vérité que je m’évertue à prouver en formation et coaching depuis de nombreuses années suite à cette fausse idée que l’on peut résumer en une phrase : « C’est un bon vendeur, il parle beaucoup et vend ce qu’il veut » C’est à mon sens tout le contraire. Un bon vendeur doit savoir se taire et écouter son client car ce dernier veut que l’on parle de lui avant tout.


A quel moment doit se faire le premier contact ?


Une fois ce préalable posé, vient l’épineuse question du moment idéal pour aborder le client.
Et bien cela dépendra de l’attitude du client, il y a 5 attitudes ou vous pouvez prendre contact rapidement.
1/ Il vous cherche du regard, et vous pouvez, dans ce cas, prendre contact de suite.
2/ Il stoppe sur un produit, vous pouvez également prendre contact. Attention, s’il prend une photo du produit et du prix, attendre qu’il ait terminé…
3/ Le client perdu, attitude typique, qui  recule pour avoir une vision d’ensemble et lève les yeux pour chercher la signalétique. Dans ce cas également, vous pouvez l’aborder.
4/ Le client catalogue. il faut, bien entendu, l’aborder, mais avec une phrase d’accroche spécifique comme « qu’est-ce qui vous plait dans ce produit ?»
5/ Le client marchant d’un pas rapide et décidé, il y a fort à croire qu’il connaisse les lieux et est déjà venu. Vous devez, bien entendu, prendre contact.
Dans tous les autres cas, il est souhaitable de ne pas aborder le client de suite, et le laisser regarder les produits.


Après le premier contact, les premiers mots…


J’entends encore, et trop souvent, le pas très élégant « Bonjour M'sieur dame ». Et dans un contexte économique où l’on cherche à capter le client en magasin, cela me laisse plutôt perplexe !!
L’accueil avec un grand A, avec un "Bonjour Madame, bonjour Monsieur" franc et chaleureux, c’est le minimum syndical.
Ensuite vient le sempiternel « est-ce que je peux vous renseigner ?", cette approche est, bien entendu, à proscrire pour 2 raisons.
Premièrement que répondre à ce type de question fermée par excellence ? Le tout aussi traditionnel « non, je regarde ! » Et en deux,  il y a fort à croire qu’il ne vous rappelle plus pour un quelconque renseignement, puisque qu’il vous a dit il y a quelques minutes qu’il n’avait besoin de rien et qu’il se « désavouerait » en revenant vers vous.
« En quoi puis je vous être utile ? » ou « qu’est-ce que je peux faire pour vous ? » me semble plus approprié. C’est le principe de la question ouverte, le client peut difficilement dire non et cela ouvre le débat…
Autre façon d’aborder le client : la référence au contexte, le client qui regarde un magnifique téléviseur UHD. « Très belle image, n’est-ce pas ? », le contact peut ainsi être établi facilement.
Petit détail, on marche vers le client, on s’arrête et ensuite on établit le dialogue, si vous commencez à parler en marchant vers le client, cela signifie que vous n’êtes pas disponible.


La bonne attitude


Mais que sont les mots sans le sourire ? Vous n’imaginez pas, lorsque vous souriez à vos clients, la dose de stress que vous leur enlevez. Si tu ne souris pas, n’ouvre pas boutique. Sans oublier de soigner la tenue, porter son badge, se tenir droit, et d’éviter éviter mains dans les poches et chewing-gum dans la bouche.
L’attitude, le charisme, le regard, la gestuelle sont essentiels…Ils sont les marqueurs principaux de la perception que vous laissez à votre client.
Si vous pouvez appeler le client par son nom, il se sentira reconnu et valorisé, et l’entrée en matière sera parfaite.
Cela semble évident ? Et pourtant combien de fois avez-vous eu envie de repartir d’un magasin, tant le personnel ne respectait pas ces fondamentaux ?
L’objectif étant de créer un contexte d’empathie, une des possibilités est d’offrir un café au client, surtout quand il y a peu de monde. Le client vous en sera forcément reconnaissant, car ce n’est pas un geste que tout le monde fait.
Si vous le pouvez, interpellez le client sur son achat précédent, sur le dernier match de l’équipe de France, sur sa famille… Pour certains d’entre vous, vous avez de l’ ancienneté et connaissez vos clients. Ils vous font confiance, et là encore, la devise du client « parlez-moi de moi, il n’y a que moi qui m’intéresse » prend ici tout son sens.
J’ai un ami vendeur en magasin qui se reconnaitra qui connait les noms de tous les petits chiens de ses clientes, vous imaginez que lorsqu’il demande des nouvelles de son petit chien, celle-ci est ravie et lui accorde son attention et sa confiance.
Ce vendeur est-il passionné par le monde canin, rien n’est moins sûr… Comme je vous le dis en formation, on ne vous demande pas d’être concerné, mais de paraitre concerné. Cela n’est pas la même chose !
A un client un peu âgé, on peut proposer une chaise, à une famille avec enfants, on propose aux enfants de les installer devant Disney Channel !
La finalité étant de casser la relation commerciale et de la transformer en relation quasi amicale. Car dans ce cas, vos propos prendront toute légitimité…
Le client se déplace, prend sur son temps, dépense de l’essence et son argent… La moindre des choses, c’est de lui proposer un accueil digne de ce nom.
La prochaine chronique, comment faire une bonne découverte, est un vaste sujet… Que vous découvrirez en 2018. D’ici là, passez d’excellentes fêtes…
Bonnes ventes à tous.

Vincent Dupayage

 

En savoir plus

 

Le site d'Energie Conseil, société de formation de Vincent Dupayage

 

Devenez fan de Vincent Dupayage sur Facebook

 

Groupe collaboratif sur Viadeo

place_holder place_holder  

 

place_holder
place_holder
place_holder