Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Le regard d'AVCesar

Test iPhone SE : la bonne surprise de fin d’année ?

L’actualité des smartphones a été trustée ces derniers temps par les déboires du dernier Samsung et le lancement de l’iPhone 7. Mais pour notre partenaire Avcesar.com, la bonne surprise en terme de ventes de fin d’année pourrait venir de l’iPhone SE. Après l’avoir testé en profondeur, notre confrère lui trouve en effet toutes les qualités requises pour plaire au consommateur…

« Vous êtes nombreux à avoir demandé le test de l’iPhone SE. Nombreux à désirer posséder un terminal plus petit que les autres iPhone, plus aisé à caser dans une poche, plus facile à manipuler d’une seule main. Nombreux à ne pas vouloir/pouvoir, tout en étant amateurs des produits « pommés », suivre le rythme de la firme de Cupertino et changer son smartphone tous les ans ou tous les deux ans… Apple ne pouvait ignorer plus longtemps ces/ses consommateurs. Car, c’est un fait, entre la rentrée 2013 et le printemps 2016, la firme à la pomme n’a pas renouvelé son offre de smartphones « petit format ». Comprenez que tous ses modèles récents mesurent entre 4,7'' et 5,5 pouces. Cependant, Apple n’a pas retiré de son catalogue ceux dont l’écran mesure 5 pouces. Chaque année, la firme à la pomme en supprimait un, devenu trop lent ou pas assez évolué. La carrière de l’iPhone 5S, par exemple, a démarré en septembre 2013 et a duré deux ans et demi, avec des volumes qui n’ont jamais été négligeables. Apple affirmait en mars dernier avoir vendu 30 millions d’iPhone 4’’ en 2015 (sur 250 millions de mobiles environ). Ce qui explique que le constructeur a tardé pour l’enlever, attendant qu’un digne remplaçant vienne prendre le relais : l’iPhone SE.

 

Design copier-coller

D’aspect extérieur, l’iPhone SE ressemble à s’y méprendre à un iPhone 5S. Vous retrouvez le contour droit en aluminium divisé en plusieurs parties grâce à des séparations pour les antennes. Le dos est toujours séparé en trois parties (métal au milieu et verre sur les parties haute et basse). Le capteur photo n’est pas protubérant. La touche de mise en marche est placée sur la tranche supérieure, comme c’était le cas sur tous les mobiles d’Apple avant l’iPhone 6. À l’avant, l’écran tactile est souligné du célèbre bouton Touch ID, avec son lecteur d’empreinte digitale découvert pour la première fois avec l’iPhone 5S. À part la couleur rose dorée inédite sur un modèle 4’’, il sera difficile de faire la distinction entre le smartphone de 2013 et celui de 2016...

 

Moteur surpuissant

En revanche, sous le capot, ce n’est pas la même bière. Sous ces airs rétro et ses lignes connues et reconnues se cache une plateforme particulièrement moderne. Comprenez que le cœur de l’iPhone 6S propulse ce petit bolide, véritable monstre de puissance. Le chipset intégré ici est celui de l’avant‑dernier haut de gamme de la marque, l’Apple A9, composé de deux cœurs Twister cadencé à 1,84 GHz, d’un coprocesseur de mouvement M9 et d’un processeur graphique Hexa Core PowerVR GT7600 d’Imagination Technologies. Le composant est accompagné de 2 Go de mémoire vive et, selon l’option choisie, 16 Go ou 64 Go de stockage interne, non extensible naturellement. La batterie offre une capacité de 1 642 mAh, ce qui peut paraître un peu juste au premier abord. Mais compte tenu des optimisations, l’autonomie atteint la journée. Et surtout, elle est heureusement plus puissante que celle de l’iPhone 5S.

La prise de vue…

Côté photo, nous retrouvons l’APN de l’iPhone 6S, à savoir un capteur iSight de 12 Mpxls avec mise au point hybride Focus Pixels, objectif 29 mm à cinq éléments ouvrant à f/2,2 protégé par du saphir synthétique et flash Dual Tone. Chaque pixel de ce composant mesure 1,22 micron, soit une taille dans la bonne moyenne. Le capteur est compatible Ultra HD avec fonction ralenti à 240 images par seconde en 720p. À l’avant, c’est le capteur FaceTime de l’iPhone 5S que nous retrouvons. Sa définition est de 1,2 mégapixel. Il est accompagné d’une optique 31 mm ouvrant à f/2,4. Il monte jusqu’en 720p en vidéo. La connectivité du téléphone est évidemment complète : Wi‑Fi ac MiMo, LTE catégorie 6, Bluetooth 4.2 Low Energy, GPS avec Glonass et le capteur NFC, comme sur l’iPhone 6 et 6S. Évidemment, l’ensemble tourne avec la dernière mise à jour d’iOS 10. Bref, Apple a intégré pratiquement toute la modernité possible dans un écrin doucement rétro.

Concurrence

L’iPhone SE est certainement le mobile le plus symbolique d’Apple depuis plusieurs années. D’abord, il répond à l’attente des amateurs de smartphones 4’’ qui souhaitent un mobile techniquement moderne, mais doté d’une taille d’écran modeste. Ensuite, en remplaçant l’iPhone 5S dans le catalogue de la marque, il devient le nouvel entrée de gamme d’Apple, malgré sa plateforme plus puissante que celle de l’iPhone 6 (sorti fin 2014, mais vendu encore assez cher). En outre, il correspond à l’image du smartphone ergonomiquement abordable que se font les propriétaires de téléphones simples. Enfin, il répond beaucoup mieux que l’iPhone 6 aux conditions de marché des pays émergents, notamment l’Inde, second marché mondial des smartphones.

Si techniquement, l’iPhone SE n’a pas d’adversaire autre que la famille « Xperia Compact » de Sony (laquelle n’a pas été renouvelée depuis le Xperia Z5 Compact en septembre 2014), il est économiquement en concurrence avec de nombreux mobiles. Ceux qui s’adressent aux seniors, comme Doro. Ceux qui ciblent les jeunes, comme Honor, Wiko, Meizu ou Archos. Ceux qui proposent un châssis premium à un prix plus économique, comme Samsung (Galaxy A3 et A5), Danew (Surnaturel R500), Huawei (P9) ou OnePlus. En ciblant les marchés émergents, Apple s’attaque aussi à toutes les marques locales bon marché. Nous pensons par exemple à l’Inde où règne Micromax, Intex, Lava ou Karbonn.

Cependant, il y a une grande différence entre l’iPhone SE et les autres mobiles de petites tailles (de 4’’ à 4,5’’) : sa plateforme est l’une des meilleures du marché. Les scores obtenus par ce téléphone dans les différents benchmarks usuels (AnTuTu, Basemark, Geekbench, 3DMark, etc.) montrent que l’iPhone SE ne connait pas de réel rival sur son segment de marché. Il est petit, mais excessivement véloce, s’offrant même le luxe de frôler parfois les performances de son ainé, l’iPhone 6S (il dépasse naturellement l’iPhone 6). Si vous cherchez aussi performant sur Android avec un écran de moins de 4,5’’, ne cherchez plus : il n’y en a pas, tout simplement.

 

Lire la suite et le verdict technique sur Avcesar.com

place_holder
place_holder
place_holder