Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

E-commerce

Le e-commerce est-il féminin ?

C’est la question à laquelle répond Oxatis dans ce focus réalisé à l’occasion de la journée de la femme, qui aura lieu le 8 mars prochain. On y apprend que la commerçante est davantage pure player que gérante d’un magasin physique, et que les domaines de la mode et de la maison et du jardin sont leurs secteurs de prédilection. Portrait de nos e-commerçantes françaises…

La dernière étude Oxatis-KPMG qui décrypte le profil et les usages des e-commerçants en 2016, montre qu’en moyenne, les femmes sont plus fortement représentées dans l’e- Commerce avec 36%, alors qu’elles ne représentent habituellement de 25% à 30% des dirigeants de TPE/PME.

Les femmes sont plus fortement représentées dans l’e-Commerce

L’étude note aussi que les e-commerçantes sont plus nombreuses à vendre uniquement en ligne (47%) que leurs homologues masculins (37%).

 

 

Au regard de ces chiffres, il semble que les femmes chef d’entreprise qui souhaitent développer leur activité se tournent plus facilement vers le e-Commerce que vers le commerce traditionnel. Ainsi, seulement 21% des e-Commerçantes sont aussi détentrices d’un commerce physique (contre 32% chez les hommes). D’autre part, on note qu’elles évoluent légèrement davantage dans des communes de moins de 100 000 habitants (80% contre 75%).

Les secteurs d’activité préférés des e-commerçantes

Les secteurs d’activité dans lesquels les femmes sont surreprésentées sont ceux de la mode et (19,2%), de la maison et du jardin (14 ,4%), par rapport aux hommes, bien qu’à égalité dans les secteurs de la culture et les loisirs (12%), de la beauté et du bien-être (9%).

Leur motivation principale ? Mieux gérer leur temps de travail

Parmi les motivations qui diffèrent entre les sexes à se lancer dans le e-Commerce, l’étude révèle que les femmes privilégient davantage l’organisation de leur temps de travail à leur convenance (23% de femmes contre 12% d’hommes), alors qu’elles sont moins nombreuses à vouloir augmenter leur chiffre d’affaires (27% contre 42%) ! Il est à noter que les e-commerçantes sont plus présentes sur les réseaux sociaux dans un but professionnel (85% contre 81%).

 

« Si la motivation principale des femmes à se lancer dans le e-Commerce semble être la possibilité d’organiser leur temps de travail à leur convenance, notre étude révèle que les ecommerçantes sont plus souvent des pure players, ce qui laisse à penser que les femmes souhaitant développer leur propre entreprise sont plus attirées par le e-Commerce que par le commerce traditionnel, » conclut Marc Schillaci, PDG d’Oxatis

 

place_holder
place_holder
place_holder