Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Smart Home

Maison connectée : enfin vers un langage commun ?

Avec le Smart Home, émerge la maison intelligente où l’utilisateur peut piloter ses appareils connectés à distance. Mais ce schéma peut parfois représenter un véritable casse-tête pour les installateurs et les utilisateurs. Fort de ce constat, est née la AllSeen Alliance, consortium regroupant près de 170 membres dont de grands noms de l’industrie électrodomestique (Panasonic, LG, Sharp, Electrolux, Haier, Sony, Philips, Canon, Microsoft, Qualcomm, Legrand, etc.). Objectif : favoriser l’interopérabilité entre les appareils connectés de la maison à travers un langage commun et ouvert. Explications...

 

Sandra Nicoletti

 

Depuis quelques années, les objets connectés envahissent notre quotidien. Au départ dédiés aux "wearables" (bracelets et montres connectés), les objets connectés sont arrivés au cœur de la maison (enceintes, TV, éclairage, volets, etc.) et c’est aujourd’hui un écosystème complet qui nous est proposé, pour prendre le contrôle de nos appareils depuis un Smartphone ou une tablette. Portée par le succès de ces objets connectés, c’est désormais la maison tout entière qui devient intelligente et qui peut être pilotée à distance.

Encore loin d’être démocratisée, la maison connectée n’en est qu’à ses débuts et tout reste à construire. Mais le potentiel de développement est énorme. Selon les rapports de l’industrie, ce sont près de 45 millions d’appareils domestiques intelligents qui devraient être installés dans le monde d’ici 2018, avec plus de 40 milliards de dollars de croissance d’ici 2020.

Et si le matériel et les infrastructures sont là, reste encore à faire communiquer ces appareils entre eux, pour favoriser leur développement au sein des foyers. Car s’il existe un frein à son déploiement, c’est bien le langage utilisé. Car de nombreux fabricants utilisent des logiciels propres à leur marque et empêchent les appareils de marques différentes de "se comprendre".

 

AllJoyn : un langage IP commun et ouvert

C’est précisément ce problème de langage que la AllSeen Alliance propose de résoudre. Regroupant près de 170 membres dont de grands noms de l’industrie électrodomestique (Panasonic, LG, Sharp, Electrolux, Haier, Sony, Philips, Canon, Microsoft, Qualcomm, Legrand, etc.), cette alliance vise à favoriser l’adoption, au niveau mondial, de produits et systèmes de l’Internet des Objets. Comment ? En facilitant leur association, leur interaction et l’échange de données, via un langage IP commun et ouvert, baptisé AllJoyn, et dont l’objectif est de permettre aux appareils de la maison de communiquer entre eux, quelle que soit leur marque.

 

 

Faire interagir différents appareils de différentes marques

Sur son stand à l’IFA de Berlin, la AllSeen Alliance a notamment présenté une interface standard basée sur AllJoyn, capable de contrôler et surveiller des appareils électrodomestiques à la maison. Un projet collaboratif baptisé Home Appliances and Entertainment (HAE) Service Framework, qui autorise le contrôle et la surveillance des appareils connectés, indépendamment du fournisseur.

HAE permettra aux dispositifs tels que les fours, réfrigérateurs, lave-linge ou encore les téléviseurs d’être contrôlés par un ensemble commun d’interfaces, pour offrir à l’utilisateur une expérience homogène et uniforme. "Nous avons besoin d’une technologie ouverte et commune, à l’image d’AllJoyn, pour offrir une expérience réellement connectée aux consommateurs. Pour que des appareils intelligents comme notre TV WebOS puisse interagir en toute transparence avec un four Electrolux, ou un lave-linge Panasonic, nous devons tous nous appuyer sur un cadre commun », déclare Taeg-Il Cho, Directeur du Pôle Innovations chez LG Electronics. Et Roberto Dorigo, VP Global Technology chez Electrolux, d’ajouter : "HAE est le témoignage de ce qui peut être réalisé par l’intermédiaire d’un développement collaboratif. Les avancées effectuées par le groupe de travail Espaces Intelligents de AllSeen va révolutionner l’Internet des Objets à la maison ».

 

Legrand, un acteur très engagé dans la maison connectée

Spécialiste et leader mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment, et membre actif de la AllSeen Alliance, Legrand accélère le développement de son offre connectée avec l’ambition de « doubler son développement, avec une croissance à deux chiffres d’ici 2020 » selon Jean-Pierre Viannay, Directeur développement des partenariats et relations extérieures.

Engagée dans l’Internet des Objets depuis longtemps, avec plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014 et 20 familles déjà "connectables" sur les 81 qu’elle propose, la marque a lancé le programme ELIOT l’été dernier. Contraction de "Electricity" et "Internet of Things" (Internet des Objets), ELIOT est un programme mondial qui vise à insuffler une nouvelle dynamique de connectivité sur des familles de produits déjà existantes. Ce programme repose sur trois grands principes que sont la valeur d’usage (les produits connectés ne doivent pas être conçus comme des gadgets, comme de véritables objets qui facilitent le quotidien), la simplicité d’utilisation et le respect de l’utilisateur dans sa vie privée.

A l’IFA, sur le stand de la AllSeen Alliance, le constructeur a présenté son offre MyHome Domotique, équipée d’un prototype d’interface AllJoyn Ready, pour montrer ce que l’interopérabilité permet de faire dans une maison. Deux exemples : l’interrupteur de colorimétrie qui permet de personnaliser l’ambiance lumineuse d’une pièce, au départ conçu pour piloter une applique dédiée Legrand et désormais compatible avec des produits LED d’autres marques. Ou encore la commande 4 scénarios qui permet d’activer jusqu’à 4 groupes d’actions, préprogrammés et personnalisables selon les besoins : mettre la maison "en veille", éteindre les lumières, baisser le chauffage, lancer un programme sur son lave-linge, etc. "Grâce au langage AllJoyn, cette commande initialement conçue pour piloter des solutions dédiées MyHome de Legrand, pourra aussi envoyer des ordres à des produits de sociétés tierces de la sphère électrique, mais également des secteurs multimédia, électroménager, etc., répondant ainsi à la nouvelle approche de l’équipement des bâtiments : horizontale, multi fabricants, communicante et ouverte", conclut Jean-Pierre Viannay.

place_holder
place_holder
place_holder