Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Connaitre le Consommateur

Il manque 540 euros par mois aux Français

Pour la troisième année consécutive, Sofinscope s’intéresse à la perception qu’ont les Français du coût de la vie. Selon eux, les charges augmentent, les salaires ne progressent pas…. Ce qui pèse sur leur moral. Il leur manquerait 540 euros par mois pour vivre correctement, un montant en hausse de 3 % par rapport à l’année passée.

 

540 euros par mois en moyenne, c’est le montant qu’il manquerait aux Français pour vivre correctement.

Les Français déclarent manquer en moyenne de 540 euros par mois pour vivre correctement. Ce montant est en hausse de 3 % par rapport à ce qu’ils déclaraient l’an passé. Il est plus élevé pour les familles nombreuses (706 euros pour les foyers composés de 5 personnes ou plus), les foyers dont les revenus sont inférieurs à 1 000 euros (618 euros) ou encore les plus de 35 ans (574 euros).

 

Les prix et les charges augmentent… mais pas les salaires

Quelles sont les explications données par les Français à cette difficulté de boucler les fins de mois ? L’augmentation des prix est la première raison donnée pour 66 % d’entre eux. Elle demeure une véritable préoccupation pour 75 % des habitants de la Région parisienne et 63 % des provinciaux.

Vient ensuite le coût des charges, cité par 64 % des français, (+ 5 pts par rapport à 2012) et 73 % des plus de 60 ans (73 %). Enfin, « le gel des salaires, le fait de gagner moins » est la raison donnée par 28 % (+3 pts) des personnes interrogées ; 34 % des cadres supérieurs et professions intermédiaires témoignent de cette difficulté (vs. 28 % parmi les employées et ouvriers).

Si les prix et les charges augmentent, certaines dépenses dites de première nécessité sont perçues comme plus stables. Ainsi, 44 % des Français considèrent que les dépenses relatives au logement n’évoluent pas (stable par rapport à 2012, mais +9 pts par rapport à 2011). 31 % déclarent aussi que les dépenses alimentaires restent stables (+3 pts en un an et +10 pts en 2 ans).

 

En compensation, les dépenses ‘plaisir’ sont sacrifiées

Suivant la même tendance depuis 2011, les Français poursuivent la rationalisation de leurs dépenses; avec pour conséquence une plus forte réduction des budgets ‘plaisir’.

60 % estiment que leurs dépenses de loisirs ont diminué (+8 pts en 2 ans) et 42 % restreignent leurs dépenses dédiées aux nouvelles technologies, au web (+4 pts en un an).

Face aux budgets contraints par la hausse du coût de la vie, les Français sont ainsi plus nombreux qu’en 2012 à restreindre leurs sorties (35 %, +4 points par rapport à 2012), leurs dépenses d’habillement (33 %, +4 pts).Ils sont en revanche moins nombreux à remettre à plus tard des projets : 17 %, - 6 pts.

place_holder
place_holder
place_holder