Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

La chronique de Vincent Dupayage

La 4K : comment en parler au consommateur ?

Dans les mois qui viennent, la 4K ou Ultra HD seront des notions de plus en plus familières pour les consommateurs « moyens », c’est-à-dire ceux qui n’auront pas lu les excellents articles de la presse spécialisée. Les premiers modèles arrivant dans les magasins, il est intéressant de donner à nos lecteurs vendeurs quelques notions de bases sur cette révolution visuelle. 

 

Par Vincent Dupayage

 

 

 

 

 

Qu’est ce que l’ultra HD ?

 

L’ultra HD communément appelée « 4 K » est le nom marketing utilisé par les constructeurs pour désigner un écran capable de restituer une résolution 4 fois supérieure à la HD soit 8 M de pixels (3840 X 2160).

 

Pourquoi on l’achèterait ?

 

Ce format est prévu pour remplacer la HD actuelle. Il permet d‘avoir plus de détails, plus de profondeur, plus de réalisme.

Il accentue la sensation d’immersion du téléspectateur (à noter que 4K est une appellation plutôt destinée au cinéma).

 

Attention, toutefois pour profiter d’une telle résolution, de grandes diagonales sont nécessaires, Il faut compter au minimum 50 pouces, et les principaux fabricants sont d’ailleurs en train de décliner leur modèles en 55’ et 65’.

 

En dessous de 50’ peu de différence visible avec la HD, à noter qu’à avec l’augmentation des résolutions on peut se rapprocher, le recul minimal n’est alors que de 1,5 fois la diagonale.

 

1,5 fois la diagonale, on reste pas un peu trop proche de l’écran ?

 

Effectivement, c’est près, mais avec l’augmentation des  résolutions, l’image sera sublimée et très détaillée, cela surprendra forcément le consommateur français qui est très frileux sur les tailles d’écran et rechigne à investir dans de grandes dalles, à l’inverse de nos voisins européens très friands de grandes diagonales.

 

Un autre avantage de l’ultra HD réside dans la 3D, la profondeur de champ augmentant fortement, cela donne une forte sensation de 3D, l’ultra HD est, dans ce cas, en train de réinventer la 3D sans lunettes mais en bien plus qualitatif que les démonstrations qui nous ont été proposées jusqu’alors.

 

Dans ce contexte de crise économique, pourquoi proposer de tels produits à des prix prohibitifs !?

 

En effet, les 1ers produits de 84‘ sont actuellement proposé autour de 20 000 €, hors de prix pour de nombreux acheteurs. Mais les premiers modèles à des prix « plus abordables » vont arriver. De 4500 euros pour un 55 ‘ à 6000 euros pour un 65’

 

La HD, c’est bien suffisant me dit mon client !

 

Bien entendu, mais remontons un peu à la genèse de la HD, en Juin 2006 ou Roland Garros fut filmé en HD pour le 1ère fois. On ne peut pas dire que cela envoûtait les foules, pourtant aujourd’hui, un écran qui n’est pas HD est considéré comme dépassé !

 

Avec l’accélération des tendances, gageons que ce phénomène se reproduira à nouveau encore plus rapidement. Par conséquent nous pouvons considérer qu’en 2018 un écran Ultra HD sera complètement banalisé. Et sachez que des prototypes en 32 M de pixels (8K) ont déjà été présentés ! 

 

Il n’y a pas de contenus !

 

A l’instar de la 3D, les contenus brillent par leur absence, certaines mauvaises langues (dont je fais parti) diront que ces derniers ont mis la charrue avant même que les boeufs soient nés, ceci n’étant pas dénué de bon sens…

 

Cette carence de contenu est d’autant surprenante que de nombreux films sont tournés en 4 K. C’est en fait le support qui bloque.

 

L’ultra HD se justifie toutefois par un up scalling très qualitatif grâce à des algorithmes et processeurs très puissants.

 

Après avoir comparé un 84’ bénéficiant d’un signal ultra HD natif et d’un signal up-scallé, force est de constater que la différence ne saute pas aux yeux, même pour un oeil averti  !! Donc c’est un argument de vente très fort, même sans contenu dédié

 

 

Quels seront les supports ?

 

Grâce au codec H265, les vidéos encodées présentent un poids réduit de moitié par rapport au codec H264, la capacité de 50 GO du blu-ray pourrait donc suffire. Et si ce n’est pas suffisant, il faudra que les constructeurs s’accordent sur un nouveau standard que beaucoup espèrent avant la fin de l’année.

 

Attention au  syndrome blu-ray /HD DVD qui pourrait refaire surface !

 

Un nouveau format pourrait être défini le « BD-XL », qui pourrait accueillir de 100 à 200 GO, il faudrait alors vendre au consommateur un nouveau lecteur blu-ray compatible !

 

Et les canaux de diffusions ?

 

Roland Garros qui fut précurseur du HBB-TV il y a 2 ans est de nouveau sur le devant de la scène technologique avec d’une part la généralisation des paiements en NFC et d’autre part la 1ère diffusion en direct et en ultra HD sur un écran 84’ au sein même du complexe.

 

Eutelsat est le 1er diffuseur européen à proposer du contenu en ultra HD, cette diffusion sera une vitrine technologique et un terrain d’essai pour tous les acteurs qui souhaitent acquérir une bonne maîtrise de l’ultra HD.

 

Cette chaîne ne diffusera que quelques programmes ultra HD en boucle et sur une période relativement courte.

 

A noter que l’ultra HD exige d’importantes capacités de transmission, seul Le satellite, la fibre optique et le câble seront capables de proposer des chaînes en ultra HD mais en aucun cas la TNT.

 

La solution pour que la TNT transmette une chaîne ultra HD passera par l’adoption conjuguée de la TNT 2 et du nouveau codec H 265, cette solution est déjà envisagée par le conseil supérieur de l’audio visuel, mais pas avant l’horizon 2018, nous pourrons alors nous délecter du 7ème Opus de « the voice » en Ultra HD, Cela aussi va dans le sens de l’histoire…

 

 

En savoir plus :

 

Le site d'Energie Conseil, société de formation de Vincent Dupayage

 

Devenez fan de Vincent Dupayage sur Facebook

 

Groupe collaboratif sur Viadeo

 

place_holder
place_holder
place_holder