Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Conjoncture

Electrodomestique : combien gagne un patron de magasin ?

Plus qu’un cordonnier et moins qu’un boulanger. La Fédération des Centres de Gestion  Agréés (FGCA) a réalisé une étude des revenus bruts annuels moyens que s’octroyent les commerçants indépendants. Alors que le commerce associé accuse des baisses de chiffre d’affaires à deux chiffres, et que la distribution dans son ensemble subit la crise de plein fouet, la question de la rémunération est fondamentale. Pour quel salaire se bat-on chaque jour ?

41 000 euros. Voilà la moyenne des revenus bruts que s’accorde chaque année un patron de magasin électrodomestique. Il s’agit ici des résultats courants bruts (avant versement des cotisations sociales dues par le chef d’entreprise). La moyenne des 75 professions analysées dans cette étude s’élève à 50 000 € (contre 48 000 € en 2010). Mais il chute à 42 000 € si l’on exclut les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires) dont les niveaux élevés de revenus « gonflent » artificiellement les moyennes statistiques.

Evidemment, cette somme ne vaut pas pour tous, mais ce chiffre permet de se comparer à l’ensemble d’une profession, mais aussi à tous ses confrères exerçant dans d’autres secteurs d’activités. L’étude exclusive de la FCGA met également en exergue une baisse inquiétante des investissements dans les  petites entreprises du commerce et de l’artisanat : -6,1%. Sans oublier que la rémunération du dirigeant est également une variable revue à la baisse lorsque l’activité ralentit. « La réduction des investissements dans les TPE peut menacer la qualité de leur outil de production et affaiblir leur compétitivité. » précise la FGCA. Et encore une fois ce paradoxe qui rend la période économique actuelle exceptionnelle. Exceptionnelle car elle conjugue une crise économique, qui tend à réduire les investissements et à puiser dans sa trésorerie pour sauvegarder son outil de travail, et une crise structurelle, qui oblige les magasins à s’adapter au crosscanal sous peine de mettre en péril la pérennité de son entreprise. Garder ses fonds pour passer l’orage ou dépenser pour assurer l’avenir, voilà le choix cornélien proposé à l’ensemble de nos lecteurs.

 

Les revenus par profession … Qui gagne quoi ?

 

Ils gagnent moins de 33 000 €

17 professions réalisent un résultat courant brut inférieur à 2 fois le SMIC annuel brut (33 000 €). 3 occupent la première marche du podium :

- L’antiquité-brocante : 32 000 €

- La cordonnerie : 32 000 €

- La restauration rapide : 32 000 €

 

Ils gagnent entre 33 000 et 41 250 €

16 professions dégagent un résultat courant brut qui oscille entre ces deux seuils. 3 arrivent en tête avec des résultats quasiment identiques :

- La maroquinerie : 41 000 €

- L’électroménager-TV-HIFI : 41 000 €

- Les cafés-restaurants : 40 000 €

 

Ils gagnent entre 41 250 et 49500 €

25 professions affichent un résultat courant brut compris dans cette deuxième tranche. Trois se partagent la première place :

- La boulangerie-pâtisserie : 49 000 €

- La charcuterie : 49 000 €

- La maçonnerie : 49 000 €

 

Ils gagnent plus de 49 500 €

19 professions enregistrent un résultat courant brut supérieur à 3 fois le SMIC brut annuel (49 500 €). Les trois premières sont :

- La pharmacie : 168 000 €

- L’optique-lunetterie : 93 000 €

- Le transport de malades (ambulances) : 79 000 €

place_holder
place_holder
place_holder