Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

A la Une

Décret "pièces détachées" : la distribution peut mieux faire...

Le 1er mars 2015 entrait en application le décret « pièces détachées » de la loi Consommation. Mais une enquête récente de la DGCCRF auprès d’environ 400 établissements de vente d’appareils d’EGP et d’électroménager a démontré qu’un certain nombre de distributeurs n’affichaient toujours pas la durée de disponibilité des pièces détachées alors que c’est désormais obligatoire ! Accompagnée d'Alexander Lohnerr, Président du Gifam, la secrétaire d'état Martine Prinville, s'est rendue sur le terrain. Neomag y était.

Martine Pinville, Secrétaire d’Etat en charge du dossier vient de faire le point sur le sujet. Le Gifam a pris ses responsabilités en éditant deux tableaux sur la durée de disponibilité de ces pièces détachées pour les principales marques de petit et gros électroménager (PEM et GEM). Aux distributeurs maintenant de prendre les leurs en relayant ces informations aux consommateurs. De nouveaux contrôles de la DGCCRF sont à prévoir dans les prochains mois…

Visiblement, tous les distributeurs commercialisant des appareils électrodomestiques ne sont pas informés, alors autant le rappeler : depuis le 1er mars 2015 le consommateur doit avoir l'information, au moment de l'achat d'un produit, de la durée pendant laquelle les pièces détachées sont disponibles. A l’heure de la réduction des gaspillages et du développement durable, l’idée est de permettre aux consommateurs d'acheter un appareil en sachant combien de temps il est réparable. « Cette disposition, nous avons largement soutenue et contribué à la promouvoir tant il est important pour les fabricants des marques de valoriser ce véritable signe distinctif. Sur un marché concurrentiel, la réparation est un critère de choix, souligne Alexander Lohnherr, président du Gifam ». Aujourd'hui le groupement réunissant les industriels du secteur va plus loin dans son engagement. Il vient de créer deux tableaux formalisant la durée de disponibilité des pièces détachées par marque.

 

 

C’est sur le site de la station technique DOM à Fontenay-le-Fleury dans les Yvelines (78) que Martine Pinville, Secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Économie Sociale et Solidaire s’est exprimée dans le cadre d'un point presse sur la mise en application de la loi Consommation. Alexander Lohnherr, y a exprimé la position du Gifam et présenté les tableaux conçus par le groupement d'industriels...

 

Deux tableaux récapitulatifs pour le PEM et le GEM

Les tableaux ont été conçus par le Gifam et ses adhérents pour être très facilement lisibles et compréhensibles. Chaque marque y est identifiée par son logo et la durée de disponibilité des pièces détachées est indiquée à côté. Le premier tableau recense les principales marques de petits appareils électroménagers (fer à repasser, aspirateur…), dont les pièces sont disponibles entre 3 et 10 ans. Le second tableau, sur le même modèle, est dédié aux marques de gros électroménager (réfrigérateur, machine à laver, …) dont les pièces détachées sont disponibles entre 5 et 11 ans.

 

Télécharger le tableau Gros Electroménager

 

 

Télécharger le tableau Petit Electroménager 

 

 

 

6 professionnels sur 10 présentaient des anomalies

Martine Pinville, Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale a donc annoncé les résultats d’une enquête menée par la DGCCRF en 2015 et début 2016 sur la mise en oeuvre des obligations portant en particulier sur l’information relative aux garanties et à la disponibilité des pièces détachées. Cette enquête a été menée auprès de 397 établissements et sites internet, en priorité dans les secteurs des produits électroniques grand public et de l’électroménager. Les contrôles ont ciblé en particulier l’information précontractuelle donnée sur les garanties légales et commerciales ainsi que la période ou la date de disponibilité des pièces détachées, dans les magasins physiques comme sur les sites de vente en ligne. Les résultats de l’enquête ont révélé que plus de 6 professionnels sur 10 présentaient des anomalies au regard de la loi, majoritairement les sites de vente en ligne. « Ces manquements ont été sanctionnés mais nous n’entendons pas, avec la DGCCRF, nous en tenir à ce bilan mitigé, souligne la Secrétaire d’Etat. Nos services repartiront donc sur le terrain ces prochains mois pour vérifier auprès de ces professionnels sanctionnés, si la situation a été régularisée et dans le cas contraire, nous renforcerons les sanctions jusqu’à l’application de la loi ».

 

Des leviers de confiance et de fidélisation

Mais au-delà de l’aspect répressif, c’est avant tout sur la collaboration avec les instances professionnelles que compte la Secrétaire d’Etat. « Une action d’une telle ampleur ne peut être efficace que si nous y gagnons collectivement, du côté des consommateurs comme des professionnels. Une meilleure information et l’extension de la durée de garantie sont autant de leviers qui doivent aussi permettre aux professionnels de se différencier pour gagner de nouveaux marchés sinon fidéliser leurs clients. Alexander Lohnner, qui préside le Gifam avec un professionnalisme et un dynamisme exemplaires, mesure pleinement la nécessité de saisir les opportunités du cadre légal mais aussi de le dépasser pour anticiper l’évolution des attentes des consommateurs. C’est la raison de mon déplacement aujourd’hui dans l’atelier DOM de réparation avec le Gifam. La mise à disposition de conseils d’entretien des appareils et la sensibilisation du grand public à la durabilité des appareils électroménagers sont des outils développés aujourd’hui par le Gifam et ses adhérents que je soutiens, car ils démontrent la capacité du secteur à se réinventer ».

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

place_holder
place_holder
place_holder