Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Enseignes

Alliance Fenacerem/Fnaem, le meuble s’unit à l’électroménager

Ce n’est pas la plus illogique des décisions que viennent de prendre les deux principales organisations professionnelles de la distribution d’équipement de la maison. En unissant leurs moyens et leur représentativité sur un certain nombre de sujets communs, la Fenacerem (Fédération du Commerce et services de l’électrodomestique et du Multimédia) et la Fnaem (Fédération Française du Négoce de l’Ameublement et de l’Equipement de la Maison) vont pouvoir peser davantage auprès des pouvoirs publics, toujours plus sensibles au poids de ceux qui les interpellent…

But, Conforama, Boulanger, Ikea, Mobalpa, toutes les enseignes du commerce indépendant… L’union de la Fenacerem et de la Fnaem représente désormais 18 000 magasins (7500 magasins d’ameublement/décoration, de revêtement de sol et de luminaire, et 10400 magasins d’électroménager, multimédias et téléphonie). Ces magasins sont eux réunis au sein de 16 enseignes pour la Fenacerem et 45 pour la Fnaem.

Une convergence évidente

Réunis dans ce que l’on appelle l’équipement de la maison, les points communs et les passerelles entre les magasins de chaque fédération deviennent de plus en plus nombreux. Les plus emblématiques étant But et Conforama, mais Ikea vend des téléviseurs pendant que Darty propose des lits.

Mais au-delà de la logique, il faut penser lobbying. Si médiatiquement les grandes surfaces sont les plus présentes, avec des habitués de plateaux TV comme Michel-Edouard Leclerc, elles sont également puissantes en terme de lobbying vis-à-vis des politiques. Alors, en unissant leurs forces, La Fenacerem et la Fnaem disposent désormais d’un poids, et de donc de l’attention des pouvoirs publics, bien plus fort.

Et dans un communiqué, les deux fédérations recensent les champs d’action qui s’ouvrent à cette union : « magasins et sites de vente en ligne d’ameublement, d’électroménager et de multimédias partagent en effet de multiples spécificités communes au vaste secteur de l’équipement de la maison, notamment en matière environnementale (éco-filières, étiquetage,…), fiscales (TASCOM, TEOM,…), réglementaires (crédit à la consommation, droit de la consommation,…), économiques (tailles d’entreprises, typologie des circuits de distribution, fréquences d’achats …). »

D’une même voix, Pierre Thuillier, Président de la Fenacerem et Didier Baumgarten, Président de la Fnaem, déclarent : « dans un monde de la distribution où les différents marchés historiques se recoupent de plus en plus souvent, le vaste secteur de l’équipement de la maison doit se donner les moyens de promouvoir ses positions auprès des consommateurs face aux autres biens de consommation ou d’investissement. Les exemples récents de la cuisine et du petit électroménager prouvent qu’il est possible de dynamiser le marché en combinant innovation produit, fort service à la clientèle et mix des différents canaux de distribution.   A leurs niveaux, les fédérations professionnelles doivent accompagner tous leurs adhérents dans ces évolutions ».

place_holder
place_holder
place_holder