Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Consommation

Cetelem prévoit une croissance qui vire au gris...

Mais un beau gris puisqu’il s’agit du fameux or gris, autrement dit le potentiel de consommation des seniors. Des plus de 50 ans qui représentent près de 40% d’une population européenne qui semble retrouver la sourire. Voici les résultats du tant attendu Observatoire Cetelem, avec un focus sur les attentes des seniors et, évidemment, une analyse de la consommation en France pour cette année 2016.

« Les indicateurs sont paradoxaux en ce qui concerne la France, » déclare en préambule de la conférence de presse Laurent David, DG de BNP Paribas Personal Finance. «La confiance repart à la hausse mais la distribution est plutôt mitigée. Alors je dirai que le rebond est plus léger que dynamique.  Certes  la production de nouveaux crédits augmente, mais avec la pratique du rachat de ceux-ci, on est plutôt dans le recyclage. Donc pour 2016, nous espérons un maintien. Une bonne surprise ? On l’espère mais rien n’est sûr » conclut-il en  souriant.

 

 

Une Europe plus souriante

Et c’est Flavien Neuvy, Responsable de l’obeservatoire Cetelem, qui entre dans le détail : « le baromètre confirme que le moral des Européens s’inscrit à la hausse, tant à titre personnel que par rapport à la situation du pays, avec un resserrement encourageant des opinions. » Après une année 2014 de reprise timide et inégale, l’Europe renoue lentement mais sûrement avec la croissance économique (+1,6 % en Zone Euro en 2015, Vs +0,9 % en 2014). De quoi booster la confiance des Européens et la perception de la situation générale de leur pays : avec une note moyenne de 4,7/10 dans les pays suivis par L’Observatoire Cetelem, on retrouve quasiment le niveau observé d’avant-crise (4,8 en 2008).

Les plus optimistes se trouvent en Espagne et en Italie (+1), en France aussi (+0,4). Les Allemands, eux, restent très confiants sur la situation de leur pays (5,7 soit 1 point de plus que la moyenne), mais enregistrent pour la première fois une baisse significative depuis 6 ans (-0,7pt). Mais le pouvoir d’achat, indicateur fort si il en est, est ressenti comme étant en baisse les consommateurs français, et beaucoup plus qu’en Europe (58% contre 37%)

 

Focus sur les seniors : des consommateurs avertis

Dans l’analyse qui suit, l’observateur veut en finir avec plusieurs clichés sur les seniors. Et l’organisme de crédit a raison. D’abord parce que le senior, qui commence à 50 ans, est composé d’actifs à bon pouvoir d’achat ou de retraités qui consomment, pour eux comme pour leurs proches. Et qu’enfin, il ne faut pas oublier que le « vieux » comme pensent certains, a été fan de U2, Depeche Mode, etc… et plus de Charles Trenet.

Loin du cliché de consommateurs égoïstes, les seniors jouent un rôle de pivot générationnel en faisant preuve de solidarité vis-à-vis de leur famille : cohabitation d’abord (32 % hébergent encore un enfant chez eux), soutien financier ensuite (80 % contribuent aux dépenses ou à l’épargne de leurs enfants). Cette tendance particulièrement marquée dans les pays méditerranéens, se retrouve dans l’expression de l’inquiétude pour l’avenir professionnel de leurs enfants (64 % d’entre eux) et le souci du bien-être de leurs parents (52 %). Autre caractéristique des seniors, leur aspiration à « bien vieillir » qui se focalise sur une bonne santé (87 %) et un confort de vie lié d’une part aux liens familiaux (66 %), d’autre part à une situation financière sécurisante (63 %).

 

Une génération sociable et connectée

Une vie sociale bien remplie sans être frénétique. Les seniors privilégient les activités à domicile comme le jardinage, le bricolage, la lecture. Ils y consacrent 6h30 par semaine, soit 1h de plus que les plus jeunes. 1 senior sur 3 a un engagement associatif mensuel. Leur temps libre et leurs revenus permettent à 40 % d’entre eux de voyager, soit 4 points de plus que leurs cadets.

En matière de numérique, les seniors ne se font pas distancer par la jeune génération. Ils passent 27h par semaine devant leurs écrans (Internet et télévision confondus), 20 % de temps en plus que leurs cadets ! Et sont connectés à Internet en moyenne 13h15 par semaine (1 heure de plus que les jeunes). En France, plus d’un sexagénaire sur quatre est membre d’un réseau social, soit deux fois plus qu’il y a 5 ans. Internet est une source avérée d’informations pour préparer leurs achats qu’ils préfèrent encore malgré tout effectuer dans des points de ventes physiques (plus d’un senior sur deux), essentiellement pour sa dimension relationnelle.  

 

 

Besoin du magasin encore très présent

Les magasins doivent davantage tenir compte, dans la formation des vendeurs comme dans la manière d’accueillir, des préférences de la clientèle senior. Car comme le démontre l’analyse et les chiffres ci-dessous, les vendeurs ont encore leur importance.

Pour les seniors, progressivement moins investis dans la sphère professionnelle, le contact humain est plus que jamais primordial. Faire des achats, c’est aller à la rencontre des commerçants et des autres clients, voir du monde… Ils ne sont pas prêts à abandonner cette facette de la consommation. En plus de comparer attentivement les produits entre eux, plus de 60 % des seniors européens demandent conseil aux vendeurs sur le lieu de vente avant d’acheter un bien d’équipement, soit 5 points de plus que les moins de 50 ans. Belges, Italiens et Espagnols sont les plus sensibles à cette démarche. Cette attitude est plutôt féminine, les femmes de plus de 50 ans disant avoir besoin de ces conseils dans deux tiers des cas.

 

 

La presse prébliscitée dans la recherche d’informations

Un tableau qui nous fait particulièrement plaisir chez Neomag, c’est celui concernant la recherche d’information. Les sites de presse sont loin devant, notamment les avis de consommateur et les comparateurs de prix. Et certaines enseignes devraient en tenir compte, se « défaussant » parfois de leur rôle de conseil sur leurs propres clients. 

 

 

 

place_holder
place_holder
place_holder