Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Connaitre le Consommateur

Noël : le consommateur achète quoi, comment, et où ?

Alors qu’en France certains essayent avec le Black Friday de nous faire le coup d’Halloween, ou nous faire prendre des vessies pour des dindes, le mois de décembre s’annonce comme celui de la ruée vers les achats de Noël. Et comme Neomag ne fait ni dans la fripe, ni dans la dinde (encore elle), nous nous concentrerons sur les achats high tech et électroménager. Et là, les  lignes bougent  entre le e-commerce et les magasins…

Par Philippe Michel

Commençons tout de suite par le Black Friday, ou vendredi noir, soit lendemain de Thanksgiving. Pour ceux qui manquent de culture américaine, le thanksgiving est un jour sacré aux Etats-Unis, où l’on se réunit en famille et où l’on mange une dinde, sauf celle graciée par Obama. Et le lendemain, on commence la période des soldes, un vendredi, d’ où Black Friday. Et en France, où l’on ne manque pas une occasion de sacrifier non pas les dindes mais les prix, certaines enseignes tentent d’importer le concept. C’est notamment le cas de la Fnac.

 

 

 

Une période décevante pour Noël ?

Donc, pour rester hexagonal, ce premier week-end de décembre annonce chez nous le début de la période d’achats à Noël. Les catalogues sont distribués, les vitrines et rayons décorés, les produits stars mis en avant et en tête de gondoles. Pour ceux qui n’auraient pas lu le top de 10 des produits de Noël, cliquer sur le bleu précédent.

On attendait beaucoup de ces derniers mois, confortés par un été positif. Mais le pessimisme est plutôt de mise. Certains vont même à dire qu’à Noël, pour les bonnes ventes et rattrapage de CA, ça sent le sapin. Il faut dire que en 2013, les consommateurs français envisagent de consacrer, en moyenne, un budget de 531euros à leurs dépenses de Noël, soit un montant en légère baisse de 0,9%. Des chiffres issus d’une étude Deloitte, publiée dans Neomag.

 

Les magasins reprennent la main pour le high tech, pas pour l’électroménager

On a donc vu les montants, les achats envisagés, reste à voir où les clients vont acheter. Et pour le savoir, rendez-vous à la Fevad, qui a publié avec Mediamétrie une étude intéressante à ce sujet. Ce que l’on y apprend, c’est d’abord que 85% des Français utilisent Internet pour préparer leurs achats de Noël. Et qu’ils sont 69% à vouloir acheter en ligne, soit 1% de moins qu’en 2012. Bien mais encore.

Eh bien la suite montre que la multi-canalité devient un argument fort dans le choix d’une enseigne, comme l’indique le tableau ci-dessous.

De plus, on s’aperçoit que dans les familles de produit, les biens culturels sont évidemment en tête des achats en ligne. Mais par rapport à 2012, il faut noter la baisse des produits high tech de deux points, et la progression des produits Blanc de 4 points.

 

Rester optimiste

Ne serait-ce que pour accueillir le client, le faire rêver, il faut sourire à ces jours de vente qui s’offrent au commerce. Et même si certaines choses sont agaçantes, comme le cassage bête et méchant des prix  de la 4 K par certains, dont nous ne citerons pas les noms pour ne pas leur mettre une honte qu’ils ne ressentent sans doute pas, ou toujours dans la télé des ruptures de stock récurrentes, restons optimistes et souhaitons à nos lecteurs de faire de belles ventes.

 

 

 

place_holder
place_holder
place_holder