Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Innovation

Dyson réussit le mariage de l’air et de l’eau

Après avoir réinventé l’aspiration, Dyson continue avec le séchage.  Inventeur d’un sèche-mains électrique révolutionnaire, l’Airblade, la marque a réussi à miniaturiser son moteur. Résultat : un robinet qui sèche les mains (Airblade Tap) et une version mini de l’Airblade (Airblade V) . Des produits qui permettent d’élargir la clientèle potentielle aux particuliers. Les caméras de Neomag TV étaient là lors de la présentation et vous proposent de les découvrir, testées et approuvées…

Par Elisabeth Bartharès

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Il y a 7 ans, Dyson montrait qu’en plus de l’aspiration, l’entreprise maitrisait aussi la technique de la ventilation avec  le sèche-mains électrique Airblade : un sèche-mains au design inédit qui permettait grâce à un moteur numérique sophistiqué et à un filtre HEPA  de sécher les mains en seulement 10 secondes et ce, de manière hygiénique. Aujourd’hui, Dyson persiste et signe en proposant le premier système de lavage et de séchage  des mains intégré dans un robinet,  baptisé « Airblade Tap », un lancement qui confirme son expertise complète dans la maitrise des flux d’air.

 

L’avantage de cette solution est que pour la première fois, le lavage et le séchage des mains sont réunis au même endroit.

 

 

Hygiénique, économique, écologique

Comment ça marche ? Des capteurs intelligents activent l’arrivée d’eau et d’air, ce qui évite à l’utilisateur d’ouvrir un robinet ou d’appuyer sur un bouton. Ceux-ci repèrent la position des mains grâce à un faisceau de lumière. Un circuit informatique coordonne les informations et entraîne le déclenchement rapide de l’arrivée d’eau ou d’air, selon le cas.

Le Dyson Airblade Tap fonctionne sans contact, et l’air est filtré à 99,9%. Il peut sécher 15  fois les mains pour le prix d’un seul essuie-main papier, mais produit 62% de CO2 en moins par séchage que les essuie-mains papier et 67% en moins que les sèche-mains à air chaud…Enfin, le débit d’eau contrôlé et le fonctionnement par capteurs entraînent des économies d’eau.

 

 

Un moteur surdoué et miniaturisé

La prouesse technologique dont s’enorgueillit Dyson, c’est le moteur numérique qui  a été amélioré et miniaturisé par rapport à l’Airblade d’origine. C’est l’un des plus petits moteurs de 1600 W au monde : son diamètre n’est que de  85mm !  Il tourne 90 000 fois par minute et génère une puissance suffisante pour aspirer jusqu’à 30 litres d’air par seconde. Ce petit bijou a bénéficié de 100 brevets et applications, mobilisé 40 ingénieurs sur 7 ans et nécessité £24 millions d’investissement.  

 

Pour l’heure, le système est proposé  aux collectivités, à un prix public indicatif de 1650€ et avec la garantie de cinq ans de la marque.

 

Le Airblade V, une version plus petite de l'Airblade

Dyson présente également une autre version de son sèche-mains Airblade, le sèche-mains Airblade « V » (de sa forme en V) un modèle réduit du précédent. Il conserve l’efficacité  de séchage des mains en 10 secondes, mais sa taille est diminuée de 60%.

Pour mémoire, les sèche-mains traditionnels sont équipés d’une seule et même sortie d’air chaud. Les capteurs ne se déclenchent pas toujours et l’air qui en ressort est bien souvent entrecoupé et non hygiénique, puisque non filtré.

 

Le Dyson Airblade V sèche les mains séparément, grâce à deux sorties d’airs distinctes : deux lames d’air non chauffé,  pulsées à 690km/h à travers les deux fines fentes de 0,8 mm. Chaque main bénéficie d’un séchage indépendant ultra-rapide, sous les deux angles du «V ». Equipé de filtres HEPA H13,  99,9 % des bactéries et virus présents dans l’air des sanitaires sont capturés. Les mains sont donc séchées par un air plus propre, et non par un air vicié.

Disponible depuis février pour un prix public indicatif de 1 000 €, il sera présent comme le Airblade Tap dans les circuits CHR. Mais avec leur design épuré incontestablement réussi, leur bénéfice en termes de praticité et d’hygiène et surtout, le très faible encombrement dû au travail de miniaturisation, on est en droit de penser que ces deux produits ont tous les atouts pour séduire une clientèle de particuliers exigeants et une distribution spécialiste…

place_holder
place_holder
place_holder