Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Décryptage

Gros électroménager : 38 000 appareils vendus quotidiennement

Le gros électroménager a réussi en 2012 à stabiliser la baisse du prix de vente moyen. Une bonne nouvelle pour un marché si important pour le quotidien des foyers Français, équipés de 189 millions d’appareils, soit une moyenne de 6,9 par foyer. Une progression régulière où le renouvellement représente 58%, et où les marges de progression dans certaines familles, l’encastrable par exemple, restent fortes.

 

 

 

 

La marque reste un facteur déterminant dans l’achat

L’électroménager n’est pas le secteur le plus communicant de l’équipement de la maison, et pourtant les consommateurs accordent aux marques un large crédit dans leur décision d’achat. Même si leur PDM a baissé de près de 5 points en cinq ans, pour se situer à 82,5%, les marques du Gifam conservent le leadership face aux MDD, à 12,2%. Comme l’indique le tableau ci-dessous, les performances des produits et le prix ont aussi leur importance.

 

 

 

Economie d’énergie et d’eau, des arguments de montée en gamme.

 

En 10 ans, les produits ont gagné en efficacité et consomment moitié moins d’eau et d’électricité. « L’introduction de la nouvelle étiquette énergie fin 2011, plus lisible pour le consommateur, a favorisé le basculement du marché vers des produits toujours plus performants » souligne  Jean-Jacques Blanc, Vice-Président du GIFAM. Après les appareils de froid, les lave-linge et les  lave-vaisselle, le sèche-linge a, lui aussi, adopté la nouvelle étiquette. Les consommateurs se laissent séduire : les ventes de sèche-linge à pompe à chaleur, offre inexistante sur le marché il y a 2 ans, représentent déjà plus de 5 % des ventes totales de sèche-linge.

En fin d’année, la classe A disparaîtra, comme cela a été le cas pour le froid en 2012, pour les lave-linge et lave-vaisselle. Et en 2014, l’indice d’efficacité énergétique correspondant à la classe A+ sera plus exigeant.

 

 

 

L’encastrable doit être mieux travaillé

 

La France est en retard dans ce domaine, où les marges de progression sont fortes. La croissance en terme de volume touche d’ailleurs beaucoup plus les appareils encastrables que pose libre. La bonne tenue de la distribution cuisine, qui commence à mieux intégrer et valoriser l’offre, la mise en place d’espace cuisine dans les GSS, et bien sûr l’innovation sont autant de raisons de penser qu’en 2018, l’encastrable représentera 50% des ventes de gros électroménager en France, contre 33,3% aujourd’hui. 

 

place_holder
place_holder
place_holder