Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Nominations

Darty officialise la nomination et la rémunération de Régis Schultz, nouveau DG

Le groupe Darty annonce la nomination de Régis Schultz en tant que directeur général du groupe, à compter du 1er mai 2013. Actuellement Directeur Général de But, qu’il a contribué à moderniser et développer, Régis Schultz va désormais guider la stratégie du numéro 1 français, axée principalement sur le cross-canal. Une mission à haute responsabilité, mais récompensée déjà par une rémunération conséquente, que Darty plc révèle dans une transparence toute anglo-saxonne…

 

 

Dans un communiqué, Darty  a annoncé  le départ de Bruno Crémel qui quittera ses fonctions de directeur général de Darty France fin mai 2013, après avoir assuré une période de transition avec Régis Schultz. "Je suis ravi d’accueillir Régis comme nouveau directeur général de Darty, son arrivée complétant le renouvellement du Conseil d’administration, déclare Alan Parker, Président de Darty Plc. Il apporte à la fois la passion et une longue expérience du commerce en Europe. Le conseil d’administration et moi-même avons hâte de travailler avec lui pour mettre en œuvre notre plan « Nouvelle Confiance ». Ce plan vise à rétablir la valeur actionnariale en éliminant les pertes de nos pays non stratégiques, en améliorant la rentabilité de nos pays stratégiques grâce à nos positions de leaders et à de nouvelles initiatives de croissance, et en améliorant notre base de coûts. Je tiens à remercier Bruno pour sa contribution et pour les initiatives qu’il a lancées. Elles ont permis de poser les fondations des plans d’actions et du développement de Darty en France".

Quant à Régis Schultz, il déclare : "Darty est l’un des distributeurs leaders en Europe et je suis très heureux d’avoir l’opportunité de diriger ce groupe à un moment si important. J’ai hâte de travailler étroitement avec Alan et les équipes de Darty afin de construire sur ses fondations de leader cross canal."

Le groupe a également détaillé la rémunération de son futur directeur général. Celle-ci incluera un salaire annuel de 500 000£ (environ 580 000 euros). Il peut se voir attribuer une prime sur objectifs pouvant atteindre un maximum de 125% de son salaire annuel. Régis Schultz recevra également au moins 200 000 livres en actions. Il faut dire que le parcours de rRégis Schultz, notamment au cours de ses cinq années chez But,  justifie de tels émoluments.

 

Sa réussite chez But incontestable

Tant en externe qu’en interne, et quelle que soit la suite de son parcours, Régis Schultz laissera l’image de celui qui a su remettre But sur les rails… Passé auparavant par les secteurs de l’Alimentaire, puis du Bricolage, il a non seulement su, en quelques années recentrer But sur son cœur de métier, le Meuble et la Décoration, avec une part de marché repassée au-dessus de la barre des 10%, mais également faire entrer l’enseigne dans la modernité. Sur le terrain de la communication, But a su se rajeunir, se "déringardiser". De nouveaux spots décalés à la télévision en campagnes virales sur lnternet, c'est définitivement qu'ont été oubliés les pub "Boum, Boum" qui avaient trop longtemps résonné depuis les origines de cette enseigne crée par André Venturini en 1972.

 

Une modernisation menée tambour battant...

Mais là où le chemin parcouru est le plus visible c’est au niveau des magasins. En quelques années, sous la houlette du management de Régis Schutz, But a dépassé le frère ennemi Conforama en terme de dynamisme. L’enseigne But est non seulement redevenue un vrai acteur sur le marché du Meuble, mais aussi de Cuisine (elle y a doublé sa part de marché), elle a aussi refondu son offre Blanc-Brun, transformé but.fr en site marchand, décliné les concepts But Cosy (une offre concentrée dans des magasins plus petits) et But City (magasins de centre-villes). Gros chantier lancé également : celui du cross-canal, visant notamment à intégrer Internet aux magasins, comme l’expliquait encore récemment Olivier Marin, Directeur Commercial au micro de NeomagTV.

Sur le marché de l'électrodomestique, c’est aussi Régis Schultz qui, conscient que l’enseigne devait additionner ses forces avec un intervenant puissant du secteur pour retrouver un second souffle, a piloté l’adhésion de But à Selectis il y a tout juste un an. Avec cette arrivée, la centrale d’achats dirigée par Eric Leblevec (1 milliards d'euros d'achats HT désormais) est devenue le premier acheteur de gros électroménager du marché français devant Darty et le deuxième en téléviseurs. Dans la foulée, toujours avec cette volonté de rationalisation, Régis Schultz a également pris la décision d’externaliser le centre de coûts qu’était le SAV de But dans le domaine du Blanc-Brun en transférant l’activité dans la Compagnie du SAV, nouvelle société crée par Hervé Toscano.

 

52 nouveaux magasins qui vont rejoindre le réseau But

Et le dernier fait d’armes de Régis Schutz est tout récent… Au terme d’un accord passé avec le Groupe régional Sésame, propriété de la famille Morin, c’est plus de 52 nouveaux magasins (dont 8 en propre et le reste en franchise) qui vont rejoindre un réseau But qui comptera donc, à terme, plus de 270 magasins.

 

La carrière de  de Régis Schultz en quelques dates :

Directeur général, BUT (2008 à 2013)

Directeur des Ventes puis Directeur des Opérations, B&Q, UK (2006-2008)

Directeur Financier, B&Q, UK (2005-2006)

Directeur de la Stratégie et du Développement, Kingfisher plc, UK (2005)

Directeur Général Adjoint, Castorama, France (2002-2004)

Directeur Financier, Castorama, France (2001-2002)

Directeur Financier, Pernod Ricard, CSA Pampryl (1997 – 2000)

Contrôleur Financier, Orangina International (1993 – 1997)

 

En savoir plus

 

But veut mettre Internet au coeur du magasin 07/12/2012

 

Centrales d'achats : avec But, Sélectis pèse désormais 1 milliard d'euros HT       01/09/2011

 

Electroménager : But externalise son SAV 20/01/2012

place_holder
place_holder
place_holder