Suivez-nous sur
ou sur
Rechercher un article

Connaitre le Consommateur

Avant le paiement par mobile, c’est l'achat qui se développe

D’après l’Observatoire des Nouvelles Tendances de Consommation de CCM Benchmark, 12 % des acheteurs en ligne ont déjà acheté un bien ou un voyage directement à partir de leur téléphone mobile. Rapporté à la population française, le m-commerce a ainsi déjà séduit 3,3 millions de Français (téléchargements d’applications mobiles exclus). Les biens techniques ne sont pas dans le top 3 (high tech et électroménager) mais souffrent d’une offre encore réduite
Les billets de train, les biens culturels et l’habillement sont les produits les plus achetés sur mobile
Les mobinautes testent d’abord l’achat sur mobile avec des biens simples et peu onéreux comme les biens culturels (livres, CD, DVD…) ou en achetant des billets de trains. Ce sont d’ailleurs avec ces mêmes produits que les Français se sont familiarisés avec l’achat sur Internet. En revanche, l’habillement se vend déjà très bien sur mobile alors qu’il aura fallu attendre 2005 pour que les ventes sur Internet décollent dans ce secteur. Dans les deux cas, le modèle évènementiel des ventes-privées basé sur la réactivité du consommateur explique cette très bonne performance. Les e-mailings et alertes désormais directement lues sur le téléphone mobile favorisent encore plus que sur Internet les achats d’impulsion.


Les produits ou services les plus achetés sur mobile


L’e-commerce permet d’acheter 24 h sur 24. Le m-commerce permet d’acheter de n’importe où.
Les motivations à l’achat sur mobile sont assez différentes de l’e-commerce car elles dépendent essentiellement du contexte dans lequel se trouve le consommateur. 42 % des acheteurs sur mobile ont choisi de passer par leur smartphone car ils ne disposaient pas d’un autre mode d’accès à Internet. En voyage, chez des amis ou à la campagne, les accès à Internet sont parfois limités. Et si une newsletter annonce la vente flash de l’année, alors le smartphone devient le compagnon idéal !


La croissance du m-commerce dépendra principalement du volontarisme des sites d’e-commerce à mettre en place une vraie stratégie mobile


A la fin du premier trimestre 2011, seuls 22 % des sites d’e-commerce avaient mis en place au moins un site ou application mobile transactionnel. Ces optimisations mobiles sont un pré-requis pour que les ventes décollent. « Les performances commerciales des sites d’e-commerce sont déjà très hétérogènes sur mobile. Pour certains sites leaders, le m-commerce ne pèse qu’à peine 1 % de leur chiffre d’affaires, alors que quelques rares sites réalisent déjà presque 10 % de leurs ventes via ce nouveau canal » commente Gilles Blanc, Directeur d’études chez CCM Benchmark. Développements sur d’autres plateformes comme Android, mise en place d’applications hybrides, adaptation des newsletters pour le mobile, mCRM… Les manœuvres débutent pour le m-commerce car les mobinautes eux sont prêts.

 

place_holder
place_holder
place_holder